Publicité
Publicité

Saisie d'une tonne de cocaïne à destination de la Belgique

Pour la première fois de l'histoire, un avion privé transportant de la cocaïne à destination de la Belgique a été intercepté. La cargaison de 1,3 tonne de poudre prenait la direction de Brussels Airport.

Ce mercredi, la police brésilienne a intercepté un avion privé de type Gulfstream 4 à l'aéroport de Fortaleza (Nordeste). L'appareil, en provenance de Malaga en Espagne, devait prendre la direction de Brussels Airport avec pas moins de 1,3 tonne de cocaïne, répartie dans 24 valises, à son bord.

Le propriétaire de l'avion, la compagnie turque ACM Air, a confirmé qu'un client espagnol avait loué le jet pour rallier Bruxelles depuis le Brésil ce 4 août. Des experts du secteur se demandent si la drogue aurait été retrouvée si l'avion avait pu prendre la direction de la Belgique. Les jets privés sont également contrôlés, mais pas toujours de manière approfondie.

"C'est la première fois qu'un tel chargement de drogue est découvert à bord d'un jet privé à destination de la Belgique."
Marc Vancoillie
Direction centrale de la lutte contre la criminalité grave et organisée de la police fédérale

Le ressortissant espagnol qui a loué le vol dispose également d'un passeport belge et proviendrait de la province de Liège. Il aurait été impliqué dans la faillite de plusieurs entreprises en région liégeoise, mais n'était pas encore connu pour des affaires de drogue.

"C'est la première fois qu'un tel chargement de drogue est découvert à bord d'un jet privé à destination de la Belgique", indique Marc Vancoillie, de la Direction centrale de la lutte contre la criminalité grave et organisée de la police fédérale. Interrogés à ce sujet, le parquet de Hal-Vilvorde, compétent pour Brussels Airport, et celui d'Anvers confirment qu'il n'existe aucun dossier de stupéfiants avec un avion privé.

"Nous ne tombons pas des nues", tempère Marc Vancoillie. "Nous tenions déjà compte de ce risque. Les organisations criminelles sont inventives et vu le nombre de saisies au port d'Anvers, elles cherchent d'autres solutions."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés