interview

Sammy Mahdi (CD&V): "Les Flamands ne vont pas se mettre à genoux devant la formule de Magnette"

©JONAS LAMPENS

Rencontre avec Sammy Mahdi, président des jeunes CD&V, le parti au cœur de l’imbroglio fédéral.

Sammy Mahdi, ex-candidat à la présidentielle du CD&V et président des jeunes démocrates chrétiens flamands, nous reçoit dans la buvette des locaux du parti, rue de la Loi. Il réaffirme contre vents et marées sa position. Le CD&V a réclamé une nouvelle fois que PS et N-VA reprennent langue, en tant que premiers partis du pays. La mission d’information menée par son président Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez a donc été prolongée pour relancer ce duo PS/N-VA pourtant brisé à plusieurs reprises.

Samedi, Bart De Wever a tendu la main au PS en ouvrant son discours à des mesures plus sociales. Le Parti socialiste n’y croit pas trop mais ne rejette pas l’idée d’un nouveau round de discussions avec les nationalistes. Lors de ses vœux jeudi soir, Paul Magnette, président du PS, n’a plus entonné le discours d’incompatibilité du PS avec la N-VA. "Il est resté assez positif, se réjouit Sammy Mahdi. Ca à l’air d’évoluer dans le bon sens. Aussi bien du côté du PS que de la N-VA on est sorti de la période électorale et on s’ouvre sur une discussion sur le contenu, dommage que cela ait pris autant de temps".

"Quand on veut un gouvernement stable, il faut avoir la volonté de parler avec tous les partis démocratiques flamands."

On soumet à la figure montante du CD&V (31 ans) les péripéties de la semaine. Avec le sp.a, que d’aucuns voyaient se dissocier du Parti socialiste pour mettre son parti frère dans l’opposition. Le député sp.a Bruno Tobback a flingué cette option tout en attaquant durement le travail des deux informateurs. "Nous, on ne s’avance pas sur la coalition, on l’a jamais fait car cela n’aide en rien pour trouver un gouvernement. Chacun a ses préférences, si on considère les préférences de chacun comme un veto, on n'aura jamais de gouvernement. Les propos de Tobback sont plus frustrants qu’autre chose car ils ne font pas avancer les choses."

Bart De Wever aurait signifié aux informateurs avoir une base majoritaire en Flandre avec le CD&V et le sp.a. Crédible? "Ce n’est pas ce que dit Conner Rousseau (le président du sp.a) en tout cas. Mais il y a plus d’options que les deux qui ont été avancés dans les médias, paars-groen ou paars-geel. C’est bien que d’autres scénarios commencent à apparaître. C’était aussi l’objet du travail que doivent effectuer les deux informateurs, prouver qu’il y a plus de deux options sur la table et voir comment on peut distribuer les cartes. Il n’y a pas de majorité possible en Flandre sans la N-VA, c’est une réalité dont il faut tenir compte. Je peux comprendre que pour certains partis francophones, c’est frustrant car ils n’ont pas envie de gouverner avec la N-VA, mais quand on veut trouver un gouvernement stable, il faut au moins avoir la volonté de parler avec tous les partis flamands démocratiques sans exclure aucun scénario d’avance. Je n’exclus rien."

©JONAS LAMPENS

On oppose que toutes ces prises de positions cachent mal une série de jeux de stratégie partisane. La N-VA cherche peut-être surtout à mettre le valet noir dans le jeu des socialistes. "Qui sait? La seule façon d’être certain qu’il ne s’agit pas d’une stratégie est de leur donner l’opportunité de se mettre à table. Si la N-VA veut entrer dans un gouvernement sans parler confédéralisme, sans grosses mesures d’austérité qui ne passeront pas à gauche, on ne peut le savoir qu’une fois à la table."

Rudi Vervoort (PS), ministre-président bruxellois s’est montré sceptique, il dit ne pas croire en l’ouverture de la N-VA. "Il a bien dit ‘pour le moment’. Chaque mot a son importance", estime Sammy Mahdi. On lui demande ce qui pourrait bien faire changer d’avis le PS. "Deux éléments, répond Mahdi. Une N-VA qui se montre encore plus constructive et fait un pas qui devrait mettre le PS sous pression. Deux, le populisme qui ne fait que croître devrait inquiéter un parti qui pense au bien-être de ses citoyens et du pays. Si on tient à ce pays, on ne peut pas jouer à cela trop longtemps. Le futur de la démocratie est en jeu…"

Quelle stabilité?

Marier l’eau et le feu, le PS et la N-VA, n’est-ce pas la garantie d’un gouvernement perpétuellement sous tension et donc intrinsèquement instable même s’il jouit d’une majorité dans les deux groupes linguistiques à la Chambre? On pose la question en rappelant que les quatre ans et demi de pouvoir avec la N-VA n’ont pas été de tout repos. Ni pour le CD&V ni pour le MR. La N-VA a même quitté l’équipe Michel à quelques mois des élections. "Pour moi, l’incompatibilité politique se joue surtout au niveau des individus. Le rôle du prochain Premier ministre sera donc très important. Il faut faire en sorte que chaque membre de la coalition se tienne à une communication cohérente. La com’ du gouvernement durant les cinq dernières années n’était pas suffisamment coordonnée." Un Premier CD&V donc? "C’est le dernier de mes soucis. Un Premier du PS ou de la N-VA pourrait renforcer la responsabilité de l’un ou de l’autre. La question du Premier ministre est la question la moins importante en ce moment. On verra ce que cela donne."

"Au niveau budgétaire, on n'a pas fait ce qu'on aurait dû faire durant ces cinq dernières années."

Et si le PS ferme à nouveau la porte à la N-VA? "Ce serait la plus mauvaise des stratégies. En agissant ainsi, il ne ferait pas en sorte que d’autres partis flamands ouvrent les bras et disent ‘d’accord’, se mettent à genou pour adopter la formule que Paul Magnette a choisi. Moi, la formule, je m’en fous personnellement, ce qui m’intéresse c’est le contenu. Je veux voir ce que proposent les partis. Qui sait, ce que dira la N-VA me déplaira peut-être complètement. Je ne pourrai me prononcer qu’après avoir vu le contenu." Et de saluer au passage la note des informateurs pourtant fort décriée.

"Son volet budgétaire est très important pour nous. Ces cinq dernières années, on n’a pas fait ce qu’on aurait dû faire. J’attendais beaucoup plus de ce gouvernement de centre droit au niveau structurel. Au Pays-Bas et en Allemagne, on a des surplus budgétaires énormes. En Allemagne, on a un fonds d’investissement de plus de 41 milliards d’euros qu’on va investir dans des infrastructures de mobilité, dans les écoles. Je rêve de pouvoir faire la même chose. Quand je vois la SNCB ici en Belgique, c’est triste, on ne peut même pas rêver d’avoir un jour des trains suffisamment confortables pour pouvoir y travailler. Un train qui arrive à l’heure, ce serait déjà génial dans ce pays. Nos ambitions sont limitées à cause de l’enjeu budgétaire, il est important d’imposer des mesures structurelles pour pouvoir penser au long terme".

Porte ouverte

"Si on ne trouve pas une majorité côté flamand on continuera avec une autre formule."

On en revient à l’improbable axe PS/N-VA. Sammy Mahdi y croit: "Si ces deux partis se mettent à table, et sont honnêtes, on va facilement retrouver des convergences. Le problème c’est que PS et N-VA sont l’un pour l’autre la meilleure boîte de com’ qui existe. L’un ne fait que dire qu’il faut abattre l’État PS, qui est un problème, et l’autre qu’il est le seul mur contre l’envahissement des idées nationalistes en Belgique." Mais Sammy Mahdi ne se ferme pas à une autre option, lorsqu’on demande:Et s’il n’est pas possible de former un gouvernement majoritaire en Flandre, on va aux élections? "Si on a réellement essayé de former un gouvernement sur base de contenus, et qu’il y a une divergence persistante, on continuera dans une autre formule. Mais les divergences entre PS et N-VA sont moins grandes qu’ils ne le disent dans les médias."

©JONAS LAMPENS

On place que Bart Somers, poids lourd Vld, estime qu’il faudrait aveugle pour ne pas voir que la N-VA a choisi l’opposition. "La N-VA souffle le chaud et le froid, je me pose également la question de savoir s’ils ont vraiment envie de monter dans un gouvernement." Il répète que c’est en mettant PS et N-VA à la même table qu’on vérifiera les intentions des uns et des autres.

Le centre? Non merci

On le sent, au CD&V, en difficulté dans les sondages, le retour aux urnes n’a rien de séduisant. "Ce serait triste. On a laissé les gens voter une fois, on ne s’en sort pas, alors on ressaierait un coup et puis on verrait ce que ça donne? Ce serait prouver que la démocratie ne fonctionne pas alors que ce n’est pas le cas. Il faut surtout faire en sorte que les égos jouent moins. Puis, du reste, ça résoudrait quoi? On vote et puis quoi? D’un jour à l’autre on aura une formule magique? Non."

Cette obstination à remettre les nationalistes dans le jeu alimente cette image de parti "scotché à la N-VA". Agaçant? "C’est vrai que le CD&V – comme le cdH mais moins – est dans une période de réflexion sur son positionnement dans le marché flamand. Pour grandir, on va devoir se distinguer. Mais nous ne sommes pas scotchés à la N-VA. Discuter avec eux, c’est respecter ce qui a été voté lors des dernières élections. Avec l’idée de prouver à nos électeurs quel peut être l’impact du CD&V dans un gouvernement quelle que soit la coalition."

"L’idéologie du centre ne m’intéresse pas."

Le président des jeunes CD&V table sur le retour de l’idéologie dans son parti qui, au fil du temps, aurait oublié ses fondamentaux à force de faire des compromis. "Quand il va voter, l’électeur veut savoir ce que tel ou tel parti peut faire pour lui, certes, mais il veut aussi savoir ce qu’il représente. Demandez un peu à un électeur ce qu’est la démocratie chrétienne, je pense que personne ne sait. Même au sein du parti, je ne sais pas si la moitié le sait. Il faut y remédier…"

On indique qu’il y a tout de même une certaine convergence idéologique entre CD&V et N-VA. "Il y a des convergences, du fait que nous sommes tous deux des partis avec des racines conservatrices – d’un point de vue philosophique, admet-il. De même, nous donnons un rôle important à la culture et à la tradition. Par contre, il y a un côté social présent dans notre parti que l’on ne retrouve pas à la N-VA. De même, notre vision sur l’identité qui est inclusive."

©JONAS LAMPENS

On finit par demander à celui qui se propose de rafraîchir l’idéologie du CD&V ce qu’il pense de la refondation de son ancien parti frère, le cdH. "Ils savent que demain il fera beau, c’est déjà quelque chose (rires). Un conseil serait de travailler sur l’idéologie, quelque chose qui doit beaucoup plus se faire côté francophone que néerlandophone. Mais pas pour aller au centre, qui ne m’intéresse pas parce que c’est trop confortable."

Pour le jeune CD&V, afin de lutter contre la percée de l’extrême droite, il faut des opinions "claires et cash". Pas toujours le genre de la maison sociale-chrétienne. Mais Sammy Madhi, suppléant d’un certain Koen Geens est impatient d’entraîner son franc-parler au micro de la Chambre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés