"Sans réforme migratoire, ce sera le confédéralisme" (Theo Francken)

©Tim Dirven

L'ex-secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken n'a pas mâché ses mots mercredi au Cercle de Lorraine. "Il faut oser réformer notre politique migratoire, sans se cacher derrière des objections juridiques tirées par les cheveux. Sinon, le confédéralisme est inévitable."

Salle comble au Cercle de Lorraine mercredi pour écouter l'ex-secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken, qui a remplacé Jan Jambon au pied levé.

Luc Bertrand (AvH) ouvrait la séance. En lançant d'emblée: "Je n'ai pas toujours été d'accord avec vos positions, mais je peux dire que nous recevons un homme courageux aujourd'hui. Vous êtes licencié en sciences pédagogiques (KUL), pourriez-vous dès lors nous expliquer votre vision, au-delà des petites phrases auxquelles on est habitué sur Twitter?"

La migration est un sujet clé. Elle fait figure de grande préoccupation pour de nombreux Belges - aussi bien pour les Flamands que les Wallons et les Bruxelles
Theo Francken
N-VA

Habitué à la critique, l'actuel bourgmestre de Lubbeek (près de Louvain) n'a pas manqué de répondre à l'appel. Pour lui, c'est clair, "la migration est un sujet clé. Elle fait figure de grande préoccupation pour de nombreux Belges - aussi bien pour les Flamands que les Wallons et les Bruxellois", quand l'identité constitue la première préoccupation des électeurs du Vlaams Belang, mais aussi... du PTB, s'est-il amusé à rappeler. "Je sais qu'ils ne l'entendent pas volontiers, mais c'est comme ça. L'électeur PTB, pas Raoul et tutti quanti, y accorde de l'importance."

Selon Theo Francken, si la porte est ouverte aux discussions avec le PS en vue de la formation d'un gouvernement fédéral, il faudra "oser réformer notre politique migratoire, sans se cacher derrière des objections juridiques tirées par les cheveux. Sinon, le confédéralisme est inévitable".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect