Publicité

Sharia4Belgium: 12 ans de prison pour le leader de l'organisation "terroriste"

Fouad Belkacem, porte-parole de Sharia4Belgium ©BELGA

Le jugement est tombé: Fouad Belkacem, porte-parole de Sharia4Belgium, écope de 12 ans de prison. Le tribunal correctionnel d'Anvers considère par ailleurs que l'entité est une "organisation terroriste".

Lors de la lecture du jugement mercredi, le tribunal correctionnel d'Anvers a estimé que Sharia4Belgium était une organisation terroriste.

Par ailleurs, Fouad Belkacem, porte-parole de l'organisation Sharia4Belgium, a été condamné à une peine de douze ans de prison.

Jejoen Bontinck, ancien combattant djihadiste en Syrie ©Photo News

Jejoen Bontinck a été condamné à 40 mois de prison avec sursis pour ce qui excède la détention préventive. Le jeune homme de 19 ans fait partie de l'organisation Sharia4Belgium mais est considéré comme une victime par le parquet fédéral. Lorsqu'il a souhaité rentrer de Syrie, le jeune homme a été retenu par une trentaine d'autres prévenus. Il a fait des aveux complets à son retour en Belgique.

Le tribunal a également indiqué dans la matinée qu'il n'était pas question d'éteindre les poursuites à l'encontre des prévenus supposés décédés, comme l'avait demandé la défense d'Houssien E.. Le tribunal a déclaré n'avoir aucune preuve de la mort de ce dernier et a rappelé que les combattants djihadistes simulaient parfois leur décès afin d'échapper aux poursuites judiciaires.

La décision est également applicable à Nabil A., Tarik T. et Ahmed D..

5 arguments retenus

Pour le tribunal, le but du groupuscule islamiste était de combattre la démocratie pour remplacer l'Etat belge par un état islamique où seule la Charia aurait fait office de loi.

Le tribunal a avancé cinq points pour confirmer son jugement:

  1. Dans un premier temps, le groupuscule possédait son propre site internet et sa chaîne YouTube. Par les textes qui y étaient diffusés, Sharia4Belgium faisait l'apologie du djihad armé et des martyres.
  2. Deuxièmement, les contacts internationaux de Fouad Belkacem, considéré comme le leader de l'organisation, et ses disciples de la première heure avaient adhéré au djihadisme salafiste.
  3. Le tribunal a également avancé la propagande menée auprès des jeunes. Ces derniers étaient endoctrinés au djihadisme salafiste par le biais de leçons ou d'entrainements physiques organisés au quartier général de la Dambruggestraat à Anvers.
  4. Le quatrième point est le recrutement effectif de ces jeunes pour le djihad. Les inculpés ne peuvent, selon le tribunal, nier l'implication de Sharia4Belgium dans les différents départs vers la Syrie. Ce n'est pas un hasard si toutes les figures de proue du groupe, à l'exception de Fouad Belkacem, se sont rendues en Syrie en août 2012. C'est une preuve irréfutable, selon le tribunal, qu'il s'agissait d'un voyage organisé. Le groupe y avait rejoint Magli Shura et Jabhat Al-Nusra, deux organisations djihadistes salafistes liées à Al-Qaïda. Le conflit en Syrie représentait pour Sharia4Belgium une opportunité rêvée en vue de l'établissement d'un Etat islamique par le djihad armé.
  5. Le tribunal a enfin retenu les différents actions violentes que le groupuscule a provoqué en Belgique, comme l'échauffourée au commissariat de police de Molembeek-St-Jean après "l'incident du niqab".

→ L'enquête relative à l'organisation avait débuté en février 2012 et avait mené à 48 perquisitions le 16 avril 2013 à Anvers, Bruxelles, Boom, Vilvorde, Schaerbeek et Charleroi. Le procès avait débuté le 29 septembre.

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés