Si l'arc-en-ciel émerge, Bart De Wever ne compromettra pas le gouvernement flamand

©BELGA

Ce ne sera toutefois clairement pas une situation simple, étant donné qu'une telle coalition aurait un programme très éloigné de ce qui figure dans l'accord conclu en Flandre, selon Bart De Wever.

Si une majorité arc-en-ciel venait à voir le jour à l'échelon fédéral, le président de la N-VA Bart De Wever ne laissera pas exploser le gouvernement flamand. Ce ne sera toutefois clairement pas une situation simple, étant donné qu'une telle coalition aurait un programme très éloigné de ce qui figure dans l'accord conclu en Flandre, a déclaré Bart De Wever dans l'émission De Zevende Dag.

Stratégie

Interrogé dans le quotidien De Zondag, l'ancien Premier ministre Herman Van Rompuy (CD&V) estime pour sa part que le président des nationalistes flamands mise clairement sur un gouvernement arc-en-ciel afin de pouvoir mener dans l'opposition une "guérilla" depuis le gouvernement flamand.

Ce fut la stratégie d'Yves Leterme entre 2004 et 2007, comme s'en rappelle bien M. Van Rompuy, mais ce n'est absolument pas mon agenda.
Bart De Wever
Président de la N-VA

Incompréhension

Bart De Wever affirme ne pas comprendre comment des partis - autrement dit l'Open VLD et le CD&V - pourraient accepter de conclure un accord au fédéral allant à l'encontre de celui qu'ils ont paraphé en Flandre.

La note du précédent informateur, Paul Magnette (PS) (voir encadré ci-dessous), était "complétement opposée" au contenu de l'accord flamand, martèle Bart De Wever. Pour autant, il assure que son parti ne laissera pas tomber l'exécutif flamand si un arc-en-ciel émergeait au Fédéral. "Il y a eu une entente à ce sujet (avec l'Open Vld et le CD&V, NDLR)", affirme-t-il.

Informateurs

Avec les nouveaux informateurs, Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V), une "nouvelle phase" a toutefois débuté, a souligné Bart De Wever, qualifiant le travail mené par le duo de pertinent. "Je me sens pris au sérieux", a-t-il affirmé.

Bart De Wever a enfin précisé que la position des libéraux francophones ne lui paraissait pas claire, après des propos tenus la veille par le vice-Premier ministre David Clarinval (MR). Ce dernier plaide pour que le PS et la N-VA prennent leurs responsabilités, tout en assurant que si ce n'est pas le cas, "ce sera l'arc-en-ciel avec le CD&V ou de nouvelles élections".

"La N-VA ne fait aucune proposition de compromis"

L'écart entre le PS et la N-VA est "immense" et les nationalistes flamands ne font "aucune proposition de compromis", a martelé dimanche le président du PS, Paul Magnette, confirmant avoir rencontré la veille au soir Bart De Wever, sous l'égide des informateurs royaux Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR).

"La N-VA ne veut pas prendre ses responsabilités, ils ont une peur panique de le faire. Bart De Wever n'ose pas dire qu'il ne veut pas y aller, mais pas non plus faire des ouvertures pour des compromis", a analysé M. Magnette sur le plateau de l'Invité (RTL-TVI).

Le socialiste francophone a par ailleurs une nouvelle fois déploré les propos particulièrement durs à l'égard des francophones tenus récemment dans les médias par l'homme fort des nationalistes flamands. "Bart De Wever est un peu comme un petit garçon qui insulte les autres dans la cour de récréation et ensuite se plaint que personne ne veut jouer avec lui", a ironisé M. Magnette.

Si la rencontre organisée samedi soir sous l'égide des informateurs est vraisemblablement restée cordiale, le fossé entre les formations ne semblent pas près de s'amenuiser. "La N-VA ne fait aucun geste. On se heurte à un mur", a insisté le socialiste, qui laisse entendre que son parti s'est quant à lui montré disposé à faire des compromis.

Se disant prêt à débattre publiquement avec Bart De Wever, Paul Magnette a une nouvelle fois appelé "les partis responsables à se mettre autour de la table et à former un gouvernement dans les meilleurs délais".

A l'heure actuelle, l'hypothèse d'un arc-en-ciel (socialistes, écologistes et libéraux), éventuellement élargi au CD&V, semble la piste la plus crédible pour un gouvernement sans la N-VA.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés