Station polaire: "Voilà deux voitures qui foncent l'une vers l'autre"

©BELGA

Guerre ouverte pour la station polaire belge: deux expéditions concurrentes sont mises sur pied. L'une organisée par l'administration fédérale, l'autre par Alain Hubert, pourtant évincé de la station Princesse Elisabeth. C'est un véritable imbroglio...

Evincé de la station polaire Princesse Elisabeth en Antarctique par l'administration de la politique scientifique (Belspo), Alain Hubert prépare quand même, via la Fondation polaire internationale (IPF) qu'il préside, la mission 2015-2016. De son côté, l'administration fédérale met sur pied une expédition, forcément concurrente, explique Le Soir.

"Voilà deux voitures qui foncent l'une vers l'autre. Aucun des conducteurs ne veut être le premier à craquer et à dévier de sa route" (un fonctionnaire)

Alain Hubert prépare de son côté une mission, l'administration fédérale aussi... ©JF Hel Guedj

"Suite aux récents développements de la politique scientifique belge, la station est désormais devenue une station de recherche internationale et ne sera plus associée à aucun pays", a indiqué l'IPF dans un e-mail adressé à des scientifiques qui doivent être hébergés à la station belge. Elle invite ses correspondants à s'enregistrer auprès d'elle en acquittant d'avance les frais de séjour.

Au cabinet de la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs (N-VA), on semble juger que l'affaire s'éteindra d'elle-même. "Ce que dit la Fondation n'est pas correct. La station polaire a été cédée à l'Etat belge qui en détient 999 millièmes. Symboliquement, l'IPF en détient toujours une part", précise le cabinet. Celui-ci ajoute que la position de l'IPF est contraire au droit international, puisque ce dernier n'autorise aucune activité privée en Antarctique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés