Syndicalistes condamnés: la FGTB organisera un arrêt de travail national le 1er décembre

Thierry Bodson, le président de la FGTB, et 16 autres syndicalistes ont écopé d'une peine d'un an de prison avec sursis pour avoir bloqué une autoroute en 2015. ©Tim Dirven

Suite à la peine de prison (avec sursis) dont ont écopé plusieurs syndicalistes, dont Thierry Bodson, le président de la FGTB, celle-ce appelle à des arrêts de travail le 1er décembre.

La FGTB annonce qu'elle organisera des arrêts de travail dans les entreprises "partout en Belgique" le 1er décembre prochain. Le but de cette manifestation est de défendre le droit de grève et de "sensibiliser les travailleuses et travailleurs", suite à la condamnation de plusieurs syndicalistes, dont le président Thierry Bodson, à Liège.

La FGTB organisera également le 10 décembre, à l'occasion de la journée internationale des droits humains, "des actions symboliques dans tout le pays pour défendre le droit de grève".

"Les grèves sont un droit. Si la justice nous empêche d'exercer ce droit, elle tue le droit de grève."
FGTB

Lundi, le tribunal correctionnel de Liège a condamné 17 syndicalistes, dirigeants et affiliés de la FGTB à des peines allant de 15 jours à un mois de prison avec sursis et des amendes de 600 euros, en lien avec une action de blocage menée il y a cinq ans. Le 19 octobre 2015, lors d'une journée de grève, environ 300 manifestants avaient bloqué le viaduc de Cheratte sur l'autoroute E40. Des dégradations avaient été commises et des médecins avaient été bloqués dans les embouteillages.

"Cette décision est une atteinte extrêmement grave au droit de grève et une menace pour tous les mouvements sociaux, pour toute personne qui participe à une mobilisation dans l'espace public", dénonce le syndicat, qui constate que cette condamnation "survient peu de temps après celle du Président de la FGTB d'Anvers, poursuivi parce qu'une action syndicale avait empêché l'accès au port d'Anvers en 2016. "Les syndicalistes qui luttent pour la justice sociale et la solidarité ne sont pas des criminels. La grève est un droit. Si la justice nous empêche d'exercer ce droit, elle tue le droit", argumente encore le syndicat.

La FGTB a annoncé, dans la foulée du jugement, qu'elle allait faire appel mais cela ne suffit pas aux yeux du syndicat socialiste.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés