Taxation au kilomètre, c'est parti pour le test

©Photo News

Depuis ce lundi, 1200 conducteurs testent le système de taxation au kilomètre dans Bruxelles et en périphérie. La phase de test doit durer deux mois. Mais une pétition contre cette taxe au kilomètre a déjà recuilli 170.000 signatures.

C'est parti. Depuis ce lundi matin, les 1.200 conducteurs sélectionnés vont tester le système de la taxation au kilomètre, pour une durée de deux mois. Leur véhicule est équipé d'un petit boîtier de type GPS qui enregistrera tous leurs déplacements. Le projet pilote a été lancé dans la zone couverte par le futur RER ferroviaire ainsi que dans Bruxelles et sa périphérie.

Il faut néanmoins rappeler qu'un tel projet, loin d'être établi, ne verra le jour, le cas échéant, qu'à très long terme. Ses détracteurs se mobilisent néanmoins déjà. La pétition en ligne, lancée le 7 février contre la taxe kilométrique, compte ainsi quasi 170.000 signatures. Après avoir dépassé les 100.000 signatures en moins de trois jours, la pétition a encore engrangé près de 70.000 signatures sur les sept jours suivants.

Entre 500 et 1.000 euros par an

Le projet pilote durera deux mois. Deux mois que l'auteur de la pétition, Jean-Michel Libotte, veut mettre à profit pour réagir et tenter d'enrayer cette taxe. Il estime que les automobilistes pourraient payer, en raison de la taxe, entre 500 et 1.000 euros par an, selon la distance à parcourir.

Les Régions wallonne, flamande et bruxelloise ont récemment trouvé un accord sur les tarifs de la taxe kilométrique. Le principe prévoit une taxe automobile sur chaque kilomètre parcouru, en fonction des heures de pointe ainsi que du type de route empruntée par le conducteur. Rouler en zone urbaine pourrait à l'avenir coûter 9 cents par kilomètre, contre 5 cents sur l'autoroute et 6,5 sur les autres routes.

Réactions politiques confuses

Cette expérience-pilote trouve son origine dans un accord conclu en 2011 entre les trois Régions à propos de la taxation des poids lourds. L'idée de cette taxation au kilomètre des véhicules pour particuliers circulant dans et autour de Bruxelles a donné lieu à des réactions politiques confuses.

Les détails de la taxe au km

La taxe sera plus chère durant les heures de pointe: de 7h à 9h et de 16h à 18h.

Les automobilistes pourront rouler "gratuitement" entre 22h et 5h.

Aux heures de pointe, le montant atteindra 9 cents par kilomètre en zone urbaine. Le système prévoit également une taxe de 5 cents par kilomètre sur les autoroutes et de 6,5 cents sur les autres routes.

Le secrétaire d'Etat bruxellois Bruno De Lille a rappelé la teneur de cette initiative, un test avec des tarifs indicatifs, dont l'objectif final ne pourrait être un impôt supplémentaire mais devrait aboutir à un glissement de fiscalité.

Le Pemier ministre Elio Di Rupo a rappelé son opposition à tout "accroissement de la fiscalité" sur les citoyens et les automobilistes, sutout s'ils habitent dans des endroits reculés. L'initiative du 17 février est "une expérience."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés