Theo Francken parle de "la fin du pays" dans des échanges de mails

©Photo News

Affinités avec des personnalités d'extrême-droite, leader d'une association secrète souhaitant "la fin du pays", mails à l'humour douteux...Les révélations à l'encontre de Theo Francken, le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, se multiplient. Les appels à sa démission aussi.

Michel 1er à J+4. Et voilà le jeune gouvernement déjà secoué par un orage de taille: les affinités des membres de la N-VA avec des personnages au passé trouble. Après les propos tenus par Jan Jambon sur les collaborateurs - " Les gens qui ont collaboré avec les Allemands avaient leurs raisons" -, c'est Theo Francken qui relance la polémique.

©Yves Lambrechts / NV-A Zaventem

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration et le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts étaient tous deux présents ce week-end à l'anniversaire d'un ancien membre du Vlaamsch Nationaal Verbond (VNV) Bob Maes. Le VNV est connu pour avoir collaboré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Quant à Bob Maes, fêtant ses 90 ans, il est connu pour avoir fondé et dirigé l'"Organisation des militants flamands" (VMO, Vlaamse Militant Orde), association nationaliste radicale dissoute en 1971. Ben Weyts aurait même prononcé un discours.

"Il est très inquiétant que deux membres de gouvernements soient présents à la fête de quelqu'un qui a collaboré pendant la Deuxième Guerre mondiale, qui n'a jamais montré aucun regret et qui ensuite, après la guerre, a même mis sur pied un commando de choc paramilitaire d'extrême droite, le VMO", a commenté Peter Mertens, président du PTB, dans la foulée.

Des mails à l'humour douteux

Mercredi, ce sont d'autres révélations "choc" que l'on pouvait lire dans les colonnes de SudPresse. En se référant à deux mails écrits en juillet 2007 et juin 2008,  SudPresse affirme que Theo Francken organisait des réunions d’extrême-droite pour le compte d’un groupe portant le nom VNV (Vlaamse Nationale Vriendenkring). Des initiales identiques au Vlaams Nationaal Verbond.

Dans ces mails, Theo Francken se présente comme le leader du "VNV", qui semble être une sorte d’association secrète, interne à la N-VA qu’il décrit comme le "gang du gros" (comprenez : le groupe d’amis de Bart De Wever).

Dans l’un de ces courriers, il invite les membres de son association à un drink pour "signer les grandes lignes de la gestion (et notamment de la fin) de notre pays".

Dans le deuxième mail, il insiste sur deux règles attachées au groupuscule : "je voudrais une fois de plus faire un rappel brutal de deux règles de notre association. Règle n°1 : nous ne parlons pas de la VNV. Règle n°2 : nous gardons le silence sur tout ce qui se passe lors des réunions de la VNV. Je préfère ne pas le répéter une nouvelle fois".

Le secrétaire d’Etat N-VA écrit sur le ton de l’ironie que si certains révélaient ces réunions secrètes "ils recevraient une balle ou devraient passer une nuit avec Christian Dutoit" qui, précise le journaliste, est un homosexuel flamand notoire.

L’élu N-VA se défend en parlant d’humour.

Pour le cdH, ce comportement est inconcevable puisqu'"organiser des réunions d’extrême-droite et en être l’instigateur, ce n’est pas de l’humour, c’est pénalement condamnable", tout comme "tenir des propos homophobes".

Pour le cdH, Theo Francken ne doit même plus venir s’expliquer devant le Parlement, il devrait garder ses explications pour les tribunaux. 

Appel à la démission

Charles Michel doit "condamner sans délai et sans ambiguïté les liens établis entre le secrétaire d'Etat Théo Francken et le VMO, milice privée d'extrême-droite interdite dans notre pays".
Benoît Lutgen
président du cdh

Plusieurs partis, dont le PS, le spa et le PTB, ont déjà exigé la démission de Théo Francken. "Francken doit prendre conscience qu'il est devenu secrétaire d'Etat et que tout n'est pas permis", a réagi la cheffe de groupe Karin Temmerman.

Pour Olivier Deleuze, co-président d'Ecolo, "l’attitude choquante et délibérée de Théo Francken ne correspond pas à celle que l’on est en droit d’attendre d’un représentant d’un Etat démocratique. En réveillant des cicatrices douloureuses de notre histoire et en choquant y compris au-delà de nos frontières, Theo Francken a démontré qu’il n’était manifestement pas digne des fonctions fédérales qui lui ont été confiées". Le Premier Ministre doit également demander le remplacement immédiat de son Secrétaire d’Etat à l’asile et l’immigration, estime le parti écologiste.

 

"Une chasse aux sorcières"

Théo Francken a réagi en jugeant "inacceptable de faire subir cette chasse aux sorcières à un homme de nonante ans". "J'étais présent ce week-end à l'anniversaire de Bob Maes", reconnaît Théo Francken. "Il s'agissait d'une fête officielle, en présence du bourgmestre de Zaventem."

Bob Maes "a été membre depuis le début de la Volksunie et de la N-VA". Il "est respecté, tant au sein qu'à l'extérieur du nationalisme flamand, pour son important apport et son combat démocratique pour l'émancipation flamande", souligne encore le député.

 

Prestation de serment

Plusieurs membres de la N-VA s'étaient déjà distingués lors de la prestation de serment en dressant les seuls index et majeur, dans un "V" qui n'a pas manqué de rappeler celui qui a symbolisé la campagne électorale du parti nationaliste (pour "verandering voor vooruitgang", le changement pour le progrès).

©Photo News

Charles Michel a réagi hier en déclarant: "j'ai appelé l'ensemble des ministres à faire preuve de réserve, de prudence". "Je ne peux pas tolérer que cela puisse se reproduire, qu'il y ait la moindre ambiguïté, mais je ne veux pas non plus qu'il y ait de la naïveté: la manière dont l'opposition tente d'instrumentaliser une situation pour tenter d'allumer des bombes communautaires pour empêcher un gouvernement de présenter son accord, c'est aussi quelque chose qui est assez remarquable", a-t-il conclu.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés