Trop de crédit-temps chez les quinquas

Il n’est pas acceptable que de nombreux travailleurs de plus de 50 ans utilisent le crédit-temps pour terminer relax en attendant leur prépension, affirme le directeur général de la Fédération des entreprises de Belgique dans De Morgen.

Pieter Timmermans soumet 5 points névralgiques au prochain gouvernement fédéral. L’un d’entre eux concerne le fait que le crédit-temps est surtout utilisé par les plus de 50 ans, et non par les jeunes familles, à qui ce système était pourtant destiné.

En 2009, 84.874 personnes travaillaient à temps partiel dans le cadre du crédit-temps, selon le dernier rapport annuel de l’ONEM. Mais 54.093 d’entre elles (63 %) ont plus de 50 ans. Le système est surtout prisé par les hommes, pour vivre une fin de carrière calme et détendue. Au total, 33.974 hommes ont opté pour le mi-temps ou le quatre cinquième en crédit-temps. Et 28.532 avaient plus de 50 ans.

Chez les femmes, la répartition entre plus et moins de 50 ans est à peu près égale.

Pieter Timmermans s’en prend à la politique inconséquente des autorités publiques. " Soyons logiques, je n’en demande pas plus ", commente-t-il. " Quand on mène une politique de fin de carrière orientée sur l’augmentation de l’âge de la pension, on ne doit pas en même temps prendre une mesure qui sert d’échappatoire. "

Une solution pourrait être selon Pieter Timmermans de ne plus lier immédiatement la prépension au crédit-temps.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés