Un Black out partiel en novembre

Le bureau du plan estime très probable que l'offre d'électricité ne suffise pas, en novembre, pour rencontrer la demande. Il n'est par conséquent pas improbable qu'il y ait des coupures à certaines heures dans certaines communes.

Durant le mois de novembre, un seul des sept réacteurs nucléaires du pays sera opérationnel. "La possibilité qu'un certain nombre de communes ou de zones soient temporairement privées d'électricité a augmenté", analyse Danielle Devogelaer, experte du Bureau du plan pour les questions d'énergie et de transport, et en particulier de l'électricité.

"L'offre d'électricité ne sera pas toujours suffisante pour rencontrer la totalité de la demande"
Danielle Devogelaer
experte au sein du bureau du plan

"C'est une option dont nous allons devoir sérieusement tenir compte en novembre, parce que parce que l'offre d'électricité ne sera pas toujours suffisante pour rencontrer la totalité de la demande", a-t-elle ajouté sur la chaîne publique flamande VRT.

Souvenez-vous de novembre 2017

Selon l'experte, il ne faut même pas avoir un mois de novembre exceptionnellement froid pour rencontrer des problèmes. L'exemple du mois de novembre 2017 donne à réfléchir. "En novembre de l'an dernier, qui fut ne fut pas un mois très humide ou très froid, nous avons déjà eu une consommation de 13 gigawatts. Lorsque nous voyons qu'en novembre de cette année de nombreux réacteurs nucléaires seront à l'arrêt, nous aurons vraiment beaucoup de mal à couvrir cela. Il est possible que nous nous devions vraiment procéder à des mesures d'économie sur notre consommation d'électricité, certainement en soirée", insiste Danielle Devogelaer.

Une situation qui va peser sur les comptes d'Engie

Côté chiffres, Engie a fait le point ce lundi matin. Selon, Judith Hartmann, directrice des finances d'Engie, l'énergéticien prévoit d'enregistrer en 2018 un Ebitda légèrement inférieur à l'indication fournie précédemment en raison de l'arrêt prolongé de réacteurs belges.

Engie avait jusqu'alors évoqué une fourchette indicative d'Ebitda allant de 9,3 à 9,7 milliards d'euros. Le groupe avait toutefois confirmé ses objectifs financiers annuels sur le résultat net récurrent part (attendu dans le bas de la fourchette de 2,45 à 2,65 milliards d'euros), sur le ratio dette nette/Ebitda et sur le dividende.

Engie s'attend ainsi à ce que ses déboires dans le nucléaire soient en grande partie compensés par de bonnes performances par ailleurs. "Si l'on exclut le nucléaire, notre résultat net récurrent bénéficie toujours de la croissance", a souligné Judith Hartmann. "Nous bénéficierons en 2018 d'éléments positifs", "qui se sont déjà matérialisés sur les six premiers mois de l'année", a souligné la directrice financière.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect