Un budget qui "manque d'honnêteté politique et intellectuelle"

Le FDF reproche au gouvernement Di Rupo de ne pas dire toute la vérité sur le plan budgétaire.

Les chefs de file des FDF Olivier Maingain et Didier Gosuin ont reproché dimanche au gouvernement Di Rupo de ne pas dire toute la vérité sur le plan budgétaire. Ils proposent d'adapter dès à présent le projet de budget à la réalité des chiffres les plus récents des perspectives de croissance, pour donner du sens au débat parlementaire.

Ouvrant le congrès des Fédéralistes Démocrates Francophones, le chef du groupe FDF au parlement bruxellois Dodier Gosuin a critiqué l'attitude du Premier ministre socialiste Elio Di Rupo qui ne vante selon lui que maintenant les vertus d'un budget de rigueur après avoir soutenu durant plusieurs années qu'il fallait s'endetter pour soutenir la croissance.

"La situation actuelle n'est pas provoquée par les marchés, c'est la crise d'un 'laisser aller' budgétaire, d'une politique d'illusionniste qui nous a fait croire pendant des années que s'endetter était sain et bon", a-t-il dit.

Dans son allocution de clôture, le président Olivier Maingain a reproché au gouvernement de présenter un budget qui "manque d'honnêteté politique et intellectuelle" car il l'a construit sur des bases qu'il savait erronées au moment de le déposer au parlement.

Pour lui, il n'est pas étonnant dès lors, n'en déplaise au ministre socialiste Paul Magnette, que la Commission européenne, en gardienne des traités, le remette en question.

Olivier Maingain a demandé à l'équipe Di Rupo soit d'adapter dans les jours qui viennent le budget qui doit être débattu au parlement, soit de postposer son examen jusqu'en février, pour faire l'économie du débat sur une épure dont on sait qu'elle n'est qu'illusion.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés