Publicité
Publicité

Un nombre record de recrutements à la Défense l'an prochain

La ministre fédérale de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), s'exprimait ce mercredi sur la politique de recrutement de la Défense, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. ©Photo News

La Défense veut recruter plus de 2.500 militaires et 560 civils l’an prochain pour compenser les départs à la retraite du personnel en fin de carrière.

Ce mercredi, le ministère de la Défense a annoncé un nombre record d’ouvertures de postes, en prévision des départs à la retraite du personnel en fin de carrière. Une mesure qui suit la note de politique générale de la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), dans laquelle elle annonçait le recrutement de 10.000 militaires au cours de sa législature.

+3.000
Civils et militaires
En 2022, la Défense compte recruter plus de 3.000 militaires et civils pour faire face aux départs à la retraite.

Au total, la Défense cherche à attirer 2.500 militaires en 2022, soit environ 200 de plus que cette année, avec 1.250 soldats et matelots, 950 sous-officiers et 300 officiers. L’an dernier, les efforts de recrutement avaient déjà augmenté, passant de 2.000 à 2.300 ouvertures de postes entre 2020 et 2021.

La Défense compte également recruter 560 civils et ouvrira 910 postes pour des militaires de réserve.

Tous les profils bienvenus

Rodolphe Polis, porte-parole de la ministre, insiste sur le fait que tous les profils sont les bienvenus.

"L’avantage de la Défense est qu’elle donne des opportunités d’emploi tout en offrant un accès rémunéré à la formation."
Rodolphe Polis
Porte-parole de Ludivine Dedonder

"On cherche aussi bien des gens extrêmement diplômés que des gens sans diplôme. L’avantage de la Défense est qu’elle donne des opportunités d’emploi tout en offrant un accès rémunéré à la formation."

Il souligne également que les personnes de toutes confessions, origines et orientations sexuelles ont leur place au sein de la Défense. Du côté de l’inclusion des femmes, le porte-parole estime qu’elles occupent actuellement près de 9% des effectifs militaires, 11% en comptant les civils. "Il y a une place pour les femmes à la Défense, mais la ministre ne compte pas mettre en place de politique de quotas", précise-t-il. Le processus de recrutement et de sélection aura lieu tout au long de l’année.

Attirer et retenir

Ludivine Dedonder a aussi insisté sur la nécessité de "maintenir [l’]effort de recrutement" (par rapport à l’an dernier) et de "rétention" des militaires en service pour remplacer la génération des "baby-boomers", nés entre 1946 et 1964, quand celle-ci partira à la retraite.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, a insisté sur la nécessité de "maintenir cet effort de recrutement" et de "rétention" des militaires en service pour remplacer la génération des "baby-boomers".

Pour y parvenir, la ministre mise notamment sur la revalorisation des métiers de la Défense. Dans un premier volet, le plan POP! (People Our Priority), le plan global d’initiatives au profit du personnel de la Défense, veut participer à l’attractivité à travers, entre autres, une revalorisation des salaires. "Le but est d’aligner sur ceux des métiers de la sécurité en Belgique avec des barèmes équivalents à ceux de la police, notamment", précise Rodolphe Polis.

Dans un second volet, le cabinet compte accentuer ses efforts de communication pour mettre en avant les opportunités d’évolution et de carrière au sein de la Défense.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés