Publicité

Une "Arche verte" belge à l'exposition universelle de Dubaï

Le bâtiment, dénommé "Arche verte" a été présenté jeudi à l'Atomium à Bruxelles, en présence du ministre fédéral de l'Économie Pierre-Yves Dermagne (PS). ©REUTERS

La Belgique a confié la conception de son pavillon à l'architecte Vincent Callebaut, connu pour ses constructions alliant verdure et design futuriste.

Le pavillon belge qui sera présenté du 1er octobre au 31 mars 2022 à l'exposition universelle de Dubaï proposera aux visiteurs de découvrir un pays "durable, écologique et inclusif" à l'horizon 2050. Le bâtiment, dénommé "Arche verte" a été présenté jeudi à l'Atomium à Bruxelles, en présence du ministre fédéral de l'Économie Pierre-Yves Dermagne (PS).

Le pavillon belge offrira aux enfants la possibilité de se projeter dans la Belgique de 2050.

"The green Arch" veut proclamer à la nouvelle génération qu'il est possible de créer des villes résilientes et écologiques, qui mettent en avant l'économie circulaire", a commenté l'architecte, le Louviérois Vincent Callebaut. "Elle invite les visiteurs à traverser le bâtiment, comme un pont qui vient unir toutes les différences de notre pays et souligner sa singularité plurielle."

Situé dans le district mobilité de l'exposition, le pavillon belge permettra, sous le slogan "smart and green", d'emprunter un raccourci vers le district "durabilité". Outre les incontournables marchands de gaufres, de chocolats et le restaurant bistronomique, le pavillon propose découvrir le paysage belge en 2050 en trois espaces.

Tout d'abord, il montre comment les Régions mettent en œuvre la mobilité douce sur le territoire. Ensuite, une vidéoprojection immersive permet de découvrir la "skyline" de cette Belgique durable. Enfin, l'exposition offre aux enfants la possibilité de se projeter dans cette ville écologique.

Partenariat public-privé

Le bâtiment est soutenu par une charpente métallique sous une voûte en bois, le tout avec une végétalisation intensive. "Le pavillon belge exprime le concept de belgitude : ce qu'on aime chez les Belges, c'est leur capacité à synthétiser l'esprit romantique latin avec ce caractère pragmatique des germaniques et des anglo-saxons", a conclu M. Callebaut.

10
millions d'euros
Le coût annoncé du pavillon est d'environ 10 millions d'euros répartis entre le Fédéral et les entités fédérées, dont 3 millions financés via du sponsoring privé.

La construction est le fruit d'un partenariat public-privé, avec le commissaire général BelExpo, la Régie des Bâtiments et l'entreprise de construction Besix comme partenaires. Le coût annoncé du projet est d'environ 10 millions d'euros répartis entre le fédéral et les entités fédérées, dont 3 millions financés via du sponsoring privé.

Au total, 93 entreprises ont participé au projet et 46 se sont investies dans le sponsoring. "Le bâtiment ne sera pas voué à la destruction", a indiqué Pierre-Yves Dermagne. "Tout a été fait pour qu'il puisse être reconstruit, je l'espère, en Belgique."

"Une exposition universelle est toujours un moment particulier, surtout pour un petit pays, car il peut y concourir sur un pied d'égalité avec les grands", a-t-il observé.
Une délégation belge emmenée par le Roi se rendra sur place début 2022.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés