Une nouvelle réflexion sur l'avenir de la Défense belge

Pour Ludivine Dedonder, "on n'est plus dans le même monde qu'en 2014". ©belga

La ministre de la Défense a constitué un comité stratégique, composé de douze experts, pour réfléchir à l'avenir de l'armée belge. Il sera chargé d'actualiser la Vision stratégique qui ne date pourtant que de 2016.

Même si la dernière analyse de la politique de Défense de la Belgique ne date que de 2015, les changements géostratégiques et l'apparition de menaces inédites vont conduire à une nouvelle réflexion sur l'évolution future de l'armée de notre pays: la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), a constitué un "comité stratégique" chargé d'actualiser la "Vision stratégique" de 2016, qui avait été approuvée sous le gouvernement Michel 1er par l'ancien ministre Steven Vandeput (N-VA) sur base d'une analyse menée en 2014 et 2015.

La Vision stratégique définissait les contours de l'armée belge à l'horizon 2030. Elle prévoyait un plan d'investissements de plus de neuf milliards d'euros, dont sept ont été engagés sous la précédente législature: achat d'avions de combat F-35, de véhicules blindés Griffon et Jaguar, de drones MQ-9B et de navires de lutte contre les mines. La coopération avec des pays partenaires - France et Pays-Bas - a été intensifiée et plus récemment, un important programme de rénovation des casernes a également été mis en chantier.

Le contexte a évolué

Si les grands axes du document sont toujours pertinents, "certaines tendances se sont depuis renforcées ou viennent bouleverser l'état du monde", a fait valoir ce mardi Ludivine Dedonder, la ministre de la Défense, devant les parlementaires de la commission ad hoc. Selon elle, le contexte a évolué, avec une augmentation des menaces hybrides et cyber, le changement climatique ou encore la situation politique et sécuritaire qui se dégrade dans plusieurs régions du monde. "On n'est plus dans le même monde qu'en 2014", a-t-elle indiqué lors des interviews accordées à plusieurs médias belges.

"Certaines tendances se sont renforcées ou viennent bouleverser l'état du monde."
Ludivine Dedonder
Ministre de la Défense

Autre élément neuf: le gouvernement actuel veut faire de la Défense un élément important des projets de relance qui doivent être lancés pour soutenir la croissance à la fin de la crise sanitaire. L'industrie aéronautique belge, mise à mal par les baisses de cadence importantes dans le secteur civil, aimerait par exemple que la Belgique rejoigne de grands programmes de défense internationaux, comme les projets européens de chasseur de nouvelle génération. L'armée est par ailleurs en train de devenir l'un des principaux recruteurs de main-d'œuvre du pays: elle doit trouver 10.000 militaires durant les 6 prochaines années pour compenser les départs à la retraite. 

10.000
militaires
L'armée doit trouver 10.000 militaires durant les 6 prochaines années pour compenser les départs à la retraite.

C'est le professeur Tanguy Struye de Swielande (UCLouvain) et le colonel Éric Kalajzic, titulaire de la chaire de politique mondiale de l'Ecole royale militaire (ERM) qui coordonneront les travaux de ce nouveau comité stratégique. Parmi les dix autres universitaires qui en feront partie, on retrouve les professeurs Sven Biscop (Ugent et Institut Egmont), Alexandre Mattelaer (VUB) et Joseph Henrotin (Centre d'analyse et de prévision des risques internationaux, IESD et ISC).

Des discussions politiques

Selon l'agenda souhaité par la ministre, les experts se réuniront à partir de la deuxième quinzaine de janvier, à raison d'une fois par semaine. Un rapport est attendu pour le 31 mai, qui servira de base pour les discussions politiques au sein du parlement en juin et éventuellement début juillet. L'objectif est qu'un vote sur le texte intervienne en septembre 2021 à la Chambre. Une adaptation de la loi de programmation militaire qui avait découlé de la Vision stratégique sera donc nécessaire.

La Défense est déjà engagée dans une phase fondamentale de restructuration.

Suite aux décisions des gouvernements précédents, la Défense est déjà engagée dans une phase fondamentale de restructuration et l'armée belge va connaître l’une des plus grandes mutations de son histoire d'ici 2030. Une transformation qui sera donc réactualisée à la lumière de la nouvelle donne et qui se poursuivra largement durant la décennie suivante.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés