Une stratégie climatique fédérale un peu faible...

Oui, la Belgique s'est fixé des objectifs climatiques chiffrés, assure Marie Christine Marghem.

Le plan climatique à horizon 2050 que la Belgique s'apprête à livrer à la Commission européenne ne serait qu'une compilation des stratégies régionales. Marie Christine Marghem nuance.

La question est-elle: la Belgique en fait-elle assez? Ou carrément: que fait la Belgique? La Commission européenne attend les stratégies climatiques à l'horizon 2050 des États membres. Notre pays s'apprête à rendre, en retard, un plan sans aucun objectif chiffré au niveau national, d'après le Standaard. 

Les différents gouvernements régionaux vont prochainement recevoir, pour approbation, un texte qui ne comprendrait aucune ambition à l'échelon fédéral. Celui-ci ne serait qu'une compilation des plans des trois Régions. Avec des objectifs propres à chacune des Régions, des dates de lancement différentes et des champs d'application qui ne recouvrent pas les mêmes secteurs. 

85
%
Le plan fédéral annonce une réduction de 85 à 87% dans les secteurs non-ETS.

D'après la ministre fédérale de l'Énergie, Marie Christine Marghem, ce n'est pas tout à fait juste: "Le document contient bel et bien un objectif chiffré", a-t-elle répondu, citant la réduction de 85 à 87% des émissions de CO2 dans les secteurs non-ETS, ce qui correspond à la somme des objectifs des différentes Régions. Rappelons que pour les secteurs ETS, qui fonctionnent avec le système d'échange de quotas d'émissions et qui sont responsables d'environ 40% des émissions en Europe, un objectif est fixé pour l'UE et non par État membre.

La ministre Marghem en a profité pour rappeler que le Fédéral voulait réellement donner forme aux ambitions climatiques en collaboration avec les Régions "comme cela a été le cas dans le cadre du Plan national Énergie-Climat 2021-2030". Le PNEC qui, lui-même, était un recueil des mesures des trois Régions...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés