Une stratégie de lutte contre les pandémies

©REUTERS

La gestion de la crise sanitaire figure dans les premières pages de l'accord de gouvernement. Il s'agira de mettre en place une stratégie à long terme.

Voilà le genre de chapitre qu'on ne retrouve habituellement pas dans les accords de gouvernement: "gestion de crise sanitaire". Le coronavirus s'est invité dans le texte, la priorité à la santé des citoyens figure dans ses premières lignes.

Concrètement, on en dit quoi? L'accord reprend les termes de la désormais "ex" première ministre Sophie Wilmès: passer d'une gestion de crise à une gestion des risques à long terme. Pour coordonner au mieux les politiques de santé éclatées entre niveaux de pouvoirs, la coalition compte notamment désigner un "commissaire" spécial corona.

Il s'agira aussi de fixer un cadre pour fonctionner de manière optimale sur le long terme, en alliant respect des exigences sanitaires, limite de la propagation du virus et besoins sociaux et économiques.

Dépister, encore dépister

Sur le plan sanitaire, l'équipe compte augmenter les capacités de dépistage du virus, étudier la possibilité d'utiliser des auto-tests fréquemment, explorer toutes les technologies de tracing.

Au-delà de la crise actuelle, l'équipe De Croo compte aussi plancher sur la mise sur pied d'un "plan générique de lutte contre les pandémies", pour que le pays soit prêt à affronter des épisodes qui risquent de se répéter. Il promet d'assurer des stocks stratégiques de matériel médical et protection (avec production locale), et soutenir le secteur de la recherche biopharmaceutique, en mettant aussi sur pied une "banque de virus". Les initiatives de l'UE pour mettre sur pied une politique d'achat de médicaments conjointe seront aussi soutenues.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés