Vande Lanotte renoue la confiance

Johan Vande Lanotte

Le conciliateur royal Johan Vande Lanotte estime que le rétablissement de la confiance est en bonne voie. Bart De Wever doit rencontrer aujourd'hui le président du PS Elio Di Rupo. L'homme fort de la N-VA juge positivement ses dernières rencontre avec les socialistes et le conciliateur.

La date du 12 novembre, à laquelle sont attendus les résultats des simulations sur la loi de financement, ne constitue pas un "deadline" en soi, a affirmé mercredi le président de la N-VA Bart De Wever sur Radio 1 (VRT). "Nous saurons à ce moment-là où chacun veut aller" et des "choix fondamentaux" devront être faits, commente-t-il.

Les sept partis ont remis au total neuf propositions de réforme de la loi de financement au Conciliateur royal, Johan Vande Lanotte. Trois textes émanent du PS et deux de la N-VA. Ils sont actuellement intégrés dans des simulateurs par la Banque nationale et le Bureau fédéral du Plan, afin de "les rendre comparables". Ces données chiffrées et objectives doivent être remises à Vande Lanotte pour lundi prochain.

Six économistes de renom vérifieront ensuite que les modèles respectent bien les douze principes (progressivité de l’impôt, n’appauvrir personne…) adoptés en août. Les présidents de parti pourront alors, à partir du 12 novembre, procéder aux arbitrages politiques.

Nouvelle rencontre De Wever-Di Rupo

Le vainqueur des élections au nord du pays rencontrera une nouvelle fois ce mercredi celui qui les a remportées au sud, le président du PS Elio Di Rupo. Bart De Wever a qualifié ses dernières rencontres avec le conciliateur royal Johan Vande Lanotte et M. Di Rupo de "très chaleureuses". "Il est important que la discussion soit rétablie", ajoute-t-il.

La situation actuelle, estime-t-il, n'est pas pire qu'en 2007, lors des négociations avortées de l'orange bleue. Il n'y avait alors "aucun millimètre d'avancée" tandis qu'actuellement, certains éléments sont "acquis".

"Le 'non' (des francophones à une réforme de l'Etat, ndlr) est brisé", mais la grande "révolution copernicienne" que la Flandre réclame "n'est toujours pas atteinte", selon Bart De Wever.

Bart De Wever affirme vouloir engranger des changements historiques. Il confirme que le poste de premier ministre ne l'intéresse pas, ce qui constitue à ses yeux une différence historique avec le passé, lorsque "les Flamands acceptaient le statu quo en échange du 16 rue de la Loi".

Vande Lanotte optimiste

"Je pense que la restauration de la confiance est en bonne voie", a commenté ce mardi le Conciliateur Johan Vande Lanotte (sp.a), après avoir présenté au Roi un rapport intermédiaire sur l’avancement de sa mission. "Cela ne suffira évidemment pas pour arriver à un accord, a-t-il ajouté, mais sans confiance, aucun accord n’est possible."

Johan Vande Lanotte souligne la bonne volonté des sept partis qui, dit-il, "jouent honnêtement le jeu". Il recevra cette semaine les présidents de parti, pour affiner les positions sur les transferts de compétences et les compensations à la scission de BHV. Ces rencontres se dérouleront dans la discrétion, "la méthode qui offre les meilleures garanties".

Le Conciliateur souhaite avancer rapidement, pour éviter tout enlisement qui ravive les tensions, mais entend se garder de toute "précipitation".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés