Vers un gel du tarif social pour l'électricité et le gaz

Photo d'illustration. ©Photo News

Au 1er février, le tarif social pour l'électricité devait augmenter de 22%, et le tarif social pour le gaz de 28%. Mais le gouvernement fédéral envisage un gel de six mois.

La ministre fédérale de l'énergie, Marie Christine Marghem (MR) et le ministre de l'économie et des consommateurs, Kris Peeters (CD&V), se sont émus ce week-end de l'augmentation des tarifs sociaux pour l'électricité et le gaz. Une hausse au 1er février qui est de 22% pour l'électricité, et de 28% pour le gaz.

Cette hausse découle pourtant de l'application pure et simple d'un arrêté royal adopté en 2007, qui prévoit que ce tarif social suit les prix de gros sur les marchés. "Comme tous les six mois, nous avons mis à jour les tarifs sociaux, sur base des cotations sur les marchés d'octobre, novembre et décembre, comme prévu par la législation" explique Annemarie De Vreese, porte-parole de la Creg, le régulateur fédéral du secteur énergétique, chargée de ce calcul.

Marie-Christine Marghem et Kris Peeters. ©Photo News

Mais le sujet est sensible, et les CPAS craignent une explosion des impayés.

Ce tarif est destiné aux locataires d'un appartement social, aux personnes bénéficiaires d'allocation des CPAS, à certaines catégories de handicapés ou aux personnes bénéficiant de la Grapa.

Les ministres Marghem et Peeters ont décidé de convoquer la Creg, ce lundi. Les conclusions de la réunion? Ils pourraient geler la hausse du tarif social. Ils ont en effet demandé à la Creg de leur fournir, pour ce jeudi, un avis sur l'impact financier de ce gel, et un avis sur la question de savoir si ce gel pouvait s'appliquer rétroactivement à partir du 1er février.

La Creg est également chargée, à moyen terme de voir comment éviter à l'avenir une forte augmentation des tarifs sociaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect