Voici les détails du pacte d'investissement national

©BELGA

Le Premier ministre, Charles Michel, a présenté le rapport du comité stratégique visant à relancer la politique d'investissement en Belgique au cours de ces 12 prochaines années.

Le Premier ministre, Charles Michel, l'avait annoncé, il souhaite relancer la politique d'investissement en Belgique. Pour ce faire, il table sur quelque 150 milliards d'euros à l'horizon 2030.

Les grandes lignes ainsi dessinées, place aujourd'hui à la présentation des détails.

→ Qui est à la barre?

Charles Michel se targue d'être l'initiateur de ce plan. Pour en définir les contours, il s'est entouré d'acteurs économiques tels que Michel Delbaere ex-patron du Voka, Dominique Leroy de Proximus , Marc Raisière de Belfius, Jean Stephenne ex-de GSK, Pieter Timmermans de la FEB ou encore Michèle Sioen.

Leur rapport ainsi rédigé, ce comité passe désormais le flambeau au monde politique. Et c'est là qu'éclate la polémique du jour: les ministres-présidents bruxellois et de la Fédération Wallonie Bruxelles n'étaient pas présents ce mardi aux côtés du Premier ministre, indique Le Soir.

→ Sur quoi porte ce pacte? 

Six axes d'investissements prioritaires ont été désignés:

  • la transition numérique
  • la cybersécurité
  • l'éducation
  • les soins de santé
  • la mobilité 
  • l'énergie 

Montant dégagé?

Le pacte pèse 150 milliards d'euros, "effet retour" compris. C'est-à-dire que ce montant prend en compte les retombées attendues en matière d'emplois, de croissance économique et autres.

"J'avais fixé un objectif de 30 milliards d'euros à l'horizon 2030", avait déclaré Charles Michel dans nos colonnes pour son interview de rentrée. "Le comité stratégique nous pense capables de mobiliser encore davantage. Mais il faudra veiller à l'appropriation la plus large de ce pacte par tous les niveaux de pouvoir."

Les efforts sont quant à eux attendus à quasi-égalité par les acteurs publics (55%) et privés (45%).  

Les réactions

Les détails à peine dévoilés que le PS monte déjà au créneau. "La mascarade de fin de législature que propose Charles Michel ne suffira pas pour faire oublier aux citoyens les innombrables attaques qu'ils ont subies durant celle-ci. Ce n'est pas un bout de fibre optique qui va remplacer l'absence totale de fibre sociale dans l'action de ce gouvernement. Après le saut d'index, la réforme des pensions qui s'apparente à une réforme contre les pensionnés, l'augmentation des taxes sur la consommation (260 euros/an/ménage), les travailleurs, les pensionnés, les fonctionnaires, les allocataires en ont marre," dénonce-t-on au parti socialiste.  Et d'ajouter: "Charles Michel découvre la nécessité d'investir alors que son gouvernement n'aura cessé de faire l'inverse pendant 5 ans."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content