Zakia Khattabi déboutée par le Sénat

©Siska Vandecasteele

L’ex-coprésidente d’Ecolo ne peut pas devenir juge à la Cour constitutionnelle. Sa personne cristallise l’ire de la N-VA qui en profite pour rappeler qu’elle ne peut être ignorée. Le MR change de ton à l’égard des verts.

Un vote à deux tours pour une même sentence. Zakia Khattabi n’a pas obtenu le soutien d’une majorité de deux tiers des sénateurs (40 sur 60) pour être envoyée comme juge à la Cour constitutionnelle sur quota Ecolo. Les verts devaient présenter deux candidats, c’est la règle, mais soutenaient largement la candidature de l’ex-coprésidente. Un camouflet pour ce qui n’aurait dû être qu’une formalité politique. Dans une écrasante majorité des cas, les autres partis ne s’opposent pas aux choix de leurs pairs lorsqu’il s’agit de pourvoir cette institution chargée du contrôle constitutionnel des lois votées au Parlement.

Outre les 16 abstentions N-VA et Belang, il y a 6 autres opposants à cette nomination dont deux ont voté pour l’autre candidat Ecolo.

La tradition politique fut donc rompue pour Zakia Khattabi dont la candidature a mobilisé la farouche opposition de la N-VA et du Vlaams Belang. Le MR avait lui aussi rechigné à satisfaire Ecolo avant de changer de posture ce vendredi matin. On s’en rappelle, la N-VA avait mené une campagne ad hominem basée sur une "fake news".

La Bruxelloise, championne des voix de préférence de son parti n’aura obtenu le soutien que de 38 sénateurs. Outre les 16 abstentions N-VA et Belang, il y a 6 autres opposants à cette nomination dont deux ont voté pour l’autre candidat Ecolo. Qui? Mystère, ce vote est secret. On rappellera que malgré le fait qu’elle ne soit pas juriste, Zakia Khattabi et son ancienneté comme parlementaire lui permet de prétendre à ce poste, attribué à vie. Sabine Laruelle (MR), présidente du Sénat, a annoncé que la procédure sera relancée. Il y a de fortes chances que les verts persistent et signent en présentant à nouveau la candidature de Zakia Khattabi lors du prochain vote.

Problème digestif

Ecolo a évidemment très mal digéré le camouflet qui a eu pour effet de réjouir les mines des sénateurs Belang et N-VA. "Les écologistes regrettent amèrement le vote intervenu au Sénat", communiquait le parti. "La Cour constitutionnelle joue un rôle essentiel dans notre démocratie. Elle ne peut être instrumentalisée comme elle l’a été par certains qui, ce matin, prennent le risque d’un très dangereux précédent. Nous estimons et continuons d’estimer que Zakia Khattabi a toutes les qualités requises pour exercer cette mission." "Je ne digère ni les applaudissements ni le résultat lui-même. Ne minimisons pas la gravité de ce qui s’est déroulé ce matin", tweetait le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet.

"Ne minimisons pas la gravité de ce qui s’est déroulé."
Jean-Marc Nollet
Coprésident d’Ecolo

La N-VA, qui a rappelé qu’Ecolo ne souhaite même pas se mettre à la même table qu’elle dans le cadre fédéral, a félicité ses sénateurs indiquant qu’on "ne pouvait pas ignorer le premier parti de Flandre". Message aux informateurs royaux. Outre un problème de compétence juridique pointée pour affaiblir sa candidature, on avait également relevé certaines prises de positions (la mort de la petite Mawda attribuée au gouvernement) "manquant de hauteur" et contrastant avec la hauteur de vue justement – requise à la Cour constitutionnelle.

Notamment au MR où la directive du président Bouchez en faveur de Zakia Khattabi avait aussi pour but de normaliser les relations du parti avec Ecolo. Les deux formations s’étaient entre-déchirées lors de la dernière campagne électorale. Le MR souhaite aujourd’hui inscrire son discours dans une dialectique plus positive. Pour favoriser la réussite de l’information royale menée par le jeune président? Rien n’est moins sûr.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect