3000 flamingants manifestent à Linkebeek

Un important dispositif policier était mobilisé dimanche dans la périphérie de Bruxelles, à Linkebeek, pour encadrer une manifestation d'indépendantistes flamands opposés aux négociations en cours pour sortir la Belgique de la crise politique

Quelques milliers de manifestants flamands du Taal Aktie Komitee (TAK), du Vlaamse Volksbeweging et du Halle-Vilvoorde Komitee, ont débarqué dimanche en début d'après-midi dans les rues de la commune flamande à facilités de Linkebeek. Ils réclamaient la scission de l'arrondissement judiciaire BHV après celle de l'arrondissement électoral, le maintien des sanctions contre les bourgmestres francophones non nommés et protestaient contre un prix à payer pour la scission de BHV en général.

Ils étaient de deux à trois mille selon la police, 5.500 selon les organisateurs de la manifestation. La manifestation a été bien encadrée par la police. Trois véhicules équipés de pompes à eau, deux hélicoptères et 300 policiers étaient mobilisés, a rapporté la radio Bel RTL sur son site internet.

Les manifestants ont clamé leur refus d'une extension de Bruxelles, sous quelque couvert ou vague détour que ce soit. Ils ont aussi affirmé que le gouvernement flamand reste responsable de la nomination des bourgmestres en Flandre et donc dans les six communes à facilités, que la note Di Rupo se situe à des miles d'une révolution copernicienne et engage une réforme "à la belge" dont la facture est une nouvelle fois payée par les Flamands.

Aux cris de "notre terre!" et au milieu d'une nuée de drapeaux jaune et noir, les couleurs de la Flandre, les protestataires ont marché dans les rues de Linkebeek, une commune majoritairement francophone mais située en Flandre à la périphérie immédiate de Bruxelles, ville également très majoritairement francophone.

Un incident a eu lieu au cours de la manifestation, lorsque des membres du Vlaams Belang ont reproché au journaliste de la VRT présent à la manifestation de ne donner la parole sur antenne qu'à des membres de la N-VA, aux côtés desquels ils manifestaient.

Des personnalités du Vlaams Belang se sont toutefois exprimées à la VRT-radio et le journal télévisé de 13h00 de la chaîne publique flamande a diffusé une interview du président du parti, Bruno Valkeniers.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés