Aucun incident à signaler lors de la visite de Geert Wilders à Anvers

©REUTERS

Aucun incident n'a été signalé à l'occasion de la visite à Anvers de Geert Wilders, le leader de l'extrême-droite néerlandaise. Il était présent pour soutenir le Vlaams Belang en vue des communales.

Aucun incident n'a été signalé à l'occasion de la visite à Anvers de Geert Wilders, le leader de l'extrême-droite néerlandaise.

En compagnie de membres du Vlaams Belang, ce dernier a notamment déposé des fleurs aux pieds des statues de Guillaume d'Orange et de Filips van Marnix van Sint-Aldegonde, bourgmestre d'Anvers durant le siège de la ville par l'armée espagnole en 1585.

La police était massivement déployée ce dimanche sur la Vogelenmarkt à Anvers où le député d'extrême-droite néerlandais Geert Wilders a effectué une visite au Vlaams Belang. L'homme politique néerlandais d'extrême-droite souhaitait donner un coup de pouce à la section anversoise du Vlaams Belang, en campagne en vue des élections communales d'octobre prochain.

Geerts Wilders et Filip Dewinter ©ANP

Geert Wilders et Filip Dewinter se sont ensuite adressés à quelques dizaines de leurs partisans. Seul un manifestant brandissant une pancarte "Antwerpen is van iedereen" (Anvers est à chacun) a été écarté. 

L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) avait placé au niveau 3 la visite de Geert Wilders à la section anversoise du Vlaams Belang. L'ensemble de la visite était au niveau de sécurité 3 -sur une échelle de 4-, mais le niveau 3 était d'application uniquement pour le lieu et la durée de l'évènement.

Pour rappel,  le niveau de la menace a été ramené à 2 pour l'ensemble du pays, depuis le début de l'année, mais en certains endroits sensibles ou au cours de certains évènements, le niveau 3 reste d'application. Cela signifie que des mesures de sécurité plus strictes sont d'application.   

Le député néerlandais anti-immigration a été au centre d'une polémique dernièrement après avoir fait part de son intention d'organiser un concours de caricatures de Mahomet. La compétition devait avoir lieu au Parlement néerlandais en novembre. L'initiative a suscité de vives critiques au sein de la communauté musulmane, particulièrement au Pakistan, où plusieurs manifestations ont eu lieu.

Et vendredi, une attaque est survenue au lendemain d'un appel des talibans afghans à des attaques contre les troupes néerlandaises après cette tentative d'organiser ce concours. Deux personnes ont été grièvement blessées dans l'attaque au couteau à la gare d'Amsterdam. L'assaillant, un jeune Afghan, avait des motivations "terroristes", selon les autorités.

Wilders a depuis annulé le concours "afin d'éviter tout risque de victimes de la violence islamique", a-t-il dit.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés