Egbert Lachaert, un pur bleu pour redresser la barre de l'Open VLD à droite

Egbert Lachaert est le 3e candidat à briguer la présidence de l'Open VLD. ©Photo News

Egbert Lachaert est candidat à la présidence de l'Open VLD. Celui qui représente clairement la branche du libéralisme classique ne manque pas de soutien.

Egbert Lachaert se lance dans la course à la présidence de l'Open VLD. Il est le troisième en lice: le maire d'Ostende Bart Tommelein et la députée flamande Els Ampe s'étaient déjà déclarés candidats. À 42 ans, le chef de groupe des libéraux flamands à la Chambre a déjà l'habitude de ce style d'exercice puisqu'il était candidat en 2012, face à Gwendolyn Rutten. Il avait obtenu 40% des voix.

L'esprit bleu, il l'a dans le sang: le père Patrick Lachaert avait déjà la carte du parti et le fils Egbert est devenu président de la section jeune du VLD de Merelbeke peu avant ses 30 ans. Il siège à la Chambre depuis 2014 et était auparavant député flamand. Il est aussi premier échevin à Merelbeke. Aujourd'hui, il mène campagne avec le slogan "Team Egbert - Puur blauw".

Trois thèmes

Pour tenter de diriger un parti très tiraillé, il fera campagne autour de trois thèmes: le socio-économique, la sécurité et l'immigration/intégration. "C'est un libéral classique de droite sur le plan socio-économique", décrit le politologue de la VUB, Dave Sinardet. "Il est aussi très attentif à la sécurité et à l'immigration, mais pas comme un Theo Francken ou le Vlaams Belang."

Un parti libéral représente toute les personnes qui veulent se développer, travailler et faire des affaires dans leur vie.
Egbert Lachaert
Open VLD

Actuellement, ce juriste de formation a réellement ses chances. Sa candidature risque en effet de rejeter dans l'ombre Els Ampe, "elle aussi anti-establishment et assez à droite. Avec la candidature de Lachaert, elle n'a plus beaucoup de chance", glisse Dave Sinardet.

Par contre, Bart Tommelein reste bien dans la course. "La tendance progressiste libérale, portée par des gens comme Bart Somers ou Mathias De Clercq, n'a pas de candidat propre pour le moment. Bart Tommelein, plus au centre, se profile comme l'ami de tout le monde. C'est lui qui récoltera les voix progressistes."

Une image du libéralisme

Pour Lachaert, inscrit au barreau de Gand et spécialisé dans le droit social, "un parti libéral représente toutes les personnes qui veulent se développer, travailler et faire des affaires dans leur vie": c'est ainsi qu'il résume l'esprit bleu à sa manière. Autre preuve qu'il est résolument bleu-bleu: la note de Paul Magnette, par exemple, il n’en voulait absolument pas, fidèle à la mouvance Van Quickenborne. "Il s'est montré critique vis-à-vis de l'arc-en-ciel (PS - sp.a - MR - Open Vld - Ecolo - Groen) en décembre", rappelle encore Dave Sinardet. Mais aujourd'hui, l'arc-en-ciel en question n'est plus une option: depuis l'exclusion d'Emir Kir du parti socialiste, cette coalition éventuelle ne compterait plus que 75 sièges sur 150 à la Chambre.

C'est un libéral classique de droite sur le plan socio-économique.
Dave Sinardet
Politologue

"Mais Egbert Lachaert n'est pas nécessairement opposé à une coalition Vivaldi (PS - sp.a - MR - Open Vld - Ecolo - Groen - CD&V: 88 sièges, NDLR) qui, avec le CD&V, sera plus équilibrée", précise Dave Sinardet. "De toute façon, les libéraux ont bien compris que si une alliance se noue entre le PS et la N-VA, ils seront dehors..." La présidente actuelle, Gwendolyn Rutten, a en effet clairement pris ses distances avec Bart De Wever.

Egbert Lachaert est assurément un candidat de poids dans la course à la présidence de son parti. Reste à voir quelle sera sa dynamique de campagne et si d'autres candidats s'annoncent encore, qui pourraient diviser les voix dévolues à la branche de droite des libéraux du Nord. Réponse en mars.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés