Feu vert aux pellets des pays baltes à Langerlo

©BELGA

Le propriétaire de la future centrale biomasse de Langerlo a reçu l'autorisation d'y brûler des pellets venant des pays baltes. Un dossier qui fait débat en Flandre, cette centrale pouvant prétendre à plus de 2 milliards d'euros de subsides.

La conversion de la centrale gaz et charbon de Langerlo en centrale biomasse se rapproche de plus en plus.

La société estonienne Graanul Invest a en effet reçu l'autorisation d'utiliser des pellets de bois provenant des pays baltes comme matière première pour l'installation limbourgeoise, annonce samedi le ministre flamand de l'Energie Bart Tommelein (Open Vld).

La reprise de la centrale limbourgeoise constitue un dossier sensible car la société peut prétendre à plus de deux milliards d'euros de subsides des autorités flamandes si elle entame sa conversion en centrale biomasse. La provenance des déchets de bois doit cependant être durable. Et une enquête est en cours autour de la légalité de la procédure de vente de la centrale par sa maison mère, l'Allemand E.ON, à German Pellets.

Cette dernière société a fait faillite et a revendu le site à Graanul Invest il y a quelques mois. L'entreprise énergétique estonienne, l'un des plus importants fabricants de pellets de bois d'Europe, devrait investir quelque 250 millions d'euros à Langerlo pour convertir le site en centrale biomasse. Il devrait être opérationnel dans le courant de l'année 2018 et absorbera alors à pleine capacité 1,8 million de tonnes de pellets par an.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés