Kris Van Dijck démissionne, le Belang à la présidence du Parlement flamand

La position du président du parlement flamand, Kris Van Dijk (N-VA), élu par ses pairs à cette fonction à la fin juin, était devenue intenable. ©BELGA

Kris Van Dijck (N-VA) démissionne de son poste de président du Parlement flamand après la publication d'un article l'accusant d'avoir aidé une prostituée avec des fonds publics. En tant que premier vice-président, Filip Dewinter (Vlaams Belang) le remplace de facto.

Curieuse Fête de la Communauté flamande ce jeudi. Le président du Parlement flamand Kris Van Dijck (N-VA) a quitté précipitamment l'hôtel de ville de Bruxelles après son discours officiel. Au même moment, venait d'être publié sur le site de P-Magazine un article l'accusant d'avoir aidé une prostituée qu'il fréquentait à obtenir une indemnisation pour travailleur licencié en cas de fermeture d'entreprise

Quelques heures plus tard, et après une réunion de crise chez les nationalistes flamands, Kris Van Dijck annonçait sa démission. L'homme était déjà au centre d'une polémique après avoir embouti la semaine dernière une remorque alors qu'il conduisait en état d'ébriété

Dewinter sur le devant de la scène 

Cette démission entraîne l'arrivée au perchoir de l'assemblée du premier vice-président, à savoir le député Vlaams Belang Filip Dewinter.

Ce dernier a d'ores et déjà convoqué le bureau du Parlement flamand ce vendredi matin pour examiner la marche à suivre dans ce cas de figure. Filip Dewinter promet d'assurer l'intérim jusqu'à la mise en place du gouvernement régional flamand. Il évoque aussi la possibilité de se retirer si les autres partis de l'assemblée jugent qu'il faut choisir un autre président ad interim.  

Dans le dossier d'indemnisation, Kris Van Dijck serait intervenu auprès du ministre de l'Emploi, Kris Peeters, fraîchement nommé, pour faciliter le traitement du dossier. Le P-Magazine publie le contenu de deux courriels entre Van Dijck et son amante qui évoquent cette intervention. La prostituée, qui se fait appeler Escort Lynn, aurait bénéficié de la faillite de la société E-Media qui l'avait recrutée avant de rapidement mettre la clé sous le paillasson. Cette faillite devait, toujours selon P-Magazine, lui permettre de bénéficier du chômage et d'une couverture sociale. "Escort Lynn" s'est adressée au FFE, soit le Fonds d'indemnisation des travailleurs licenciés en cas de fermeture d'entreprises, afin d'obtenir une indemnité de de 26.000 euros. Elle a finalement reçu 5.239 euros. 

Kris Peeters n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat. Son ancienne administration recherche le mail mentionné dans l'article. Au CD&V, c'est le silence radio alors que le parti cherche avant tout à savoir les tenants et aboutissants de cette affaire.  

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect