"L'opposition ne viendra pas faire la loi à Linkebeek"

©BELGA

Un conseil communal chaud s'est tenu à Linkebeek ce lundi soir. L'ex-bourgmestre, Damien Thiéry, estime la démocratie bafouée depuis la nomination du conseiller de l'opposition Eric De Bruycker comme bourgmestre de la commune à facilités.

Le conseil communal de Linkebeek a rapidement pris fin lundi soir; l'ordre du jour de quatre à cinq points étant rapidement épuisé. Après le vote, les conseillers communaux de la majorité ont quitté la salle pour protester contre la nomination d'un bourgmestre non soutenu par la majorité - Eric De Bruycker -, une démarche qu'ils jugent anti-démocratique.

©BELGA

L'échevin Yves Ghequiere a alors pris la parole pour reprocher au nouveau bourgmestre de s'être précipité pour prêter serment lundi matin, sans même avoir consulté la nouvelle majorité pour vérifier s'il était possible de collaborer, conformément à son propre voeu. Faute de quorum, Damien Thiéry a ensuite levé la séance. 

L'ambiance au conseil communal était surchauffée. De 300 à 350 personnes étaient présentes pour applaudir ou huer, selon le camp des partisans. La soirée n'a toutefois été émaillée d'aucun incident significatif.

Quel est le problème?

Aux dernières élections communales de 2012, Damien Thiéry est sorti vainqueur - et de loin - avec 13 sièges sur 15 dans la commune de Linkebeek, une des communes de la périphérie bruxelloise où les francophones sont majoritaires. Mais le gouvernement flamand refuse de le nommer bourgmestre. Il estime que le vainqueur des élections a transgressé les directives de la région néerlandophone en envoyant à ses administrés des convocations pour les élections rédigées en français.

©BELGA

Aux yeux de Liesbeth Homans, la ministre flamande des Affaires Intérieures, "notre Etat de droit ne fonctionne que si tous les niveaux de pouvoir dans le pays exécutent nos règles de droit démocratique et les jugements du plus haut collège du droit administratif. A Linkebeek, la majorité outrepasse les lois et la jurisprudence depuis des années. Il faut y mettre un terme", a-t-elle encore dit. 

♦ Solution n°1: Liesbeth Homans avait donc nommé l'échevin francophone Yves Ghequière bourgmestre de la commune, il y a un peu plus de deux semaines. Deuxième sur la liste de Damien Thiéry, mais n'ayant pas été responsable de l'impair linguistique, il représentait le parfait candidat. Sauf que ce membre de la majorité francophone a refusé cette nomination en plein accord avec son groupe et le bourgmestre faisant fonction. "Damien Thiéry a en outre indiqué qu'aucun membre de sa liste n'était candidat à la fonction de bourgmestre" a déclaré la ministre.

♦ Solution n°2: Sans succès du côté de la majorité, la ministre flamande s'est donc tournée vers l'opposition. Elle a nommé bourgmestre le néerlandophone Eric De Bruycker, issu du parti d'opposition Prolink qui n'a obtenu que 2 sièges sur 15 lors des dernières élections.

Damien Thiery a dénoncé une décision "scandaleuse et anti-démocratique". A ses yeux, Liesbeth Homans a choisi la plus provocante des deux possibilités légales qui se présentaient à elle, l'autre étant le statu quo qui n'a pas empêché la commune de bien fonctionner depuis 2007.

"M. De Bruycker a voulu solutionner le problème de Mme Homans, sans se rendre compte de l'engrenage dans lequel il a mis le pied", a commenté Damien Thiéry, précisant que "l'opposition ne viendra pas faire la loi à Linkebeek". 

De Bruycker veut travailler avec la majorité

Eric De Bruycker. ©BELGA

Jusqu'ici conseiller communal de l'opposition linkebeekoise, Eric De Bruycker se voit propulser à la tête de la commune. "Je n'ai pas douté et j'ai répondu que j'étais disponible pour aider Linkebeek à sortir de l'impasse.

Il a accepté sa nomination, mais sous conditions. Si après un certain temps, il apparaît qu'au sein de la majorité francophone de Linkebeek, il n'y a pas de volonté de collaborer, il remettra son mandat en jeu. "Nous ne voulons pas être responsables du non fonctionnement de notre commune", a indiqué Prolink, à l'issue d'une réunion du groupe minoritaire.

"Pour le moment, j'accepte à 100% la mission qu'Homans et Prolink m'ont confiée. Nous verrons bien si je cours droit dans le mur ou pas. J'attends la concertation que j'aurai dans les prochains jours avec la majorité francophone."
Eric De Bruycker
Nouveau bourgmestre de Linkebeek

Eric De Bruycker s'est par ailleurs dit prêt à faire place nette immédiatement si la majorité francophone propose un autre candidat que Damien Thiéry au poste de bourgmestre.

  • Il est âgé de 57 ans.
  • Il était jusqu'il y a peu chargé d'affaires dans une petite entreprise d'installation de systèmes de chauffage. 
  • Il siège depuis 15 ans au conseil communal de Linkebeek, ayant obtenu 168 voix de préférence sur la liste Prolink, lors du dernier scrutin, en octobre 2012. 
  • Ce groupe d'opposition s'était ouvert à quelques candidats francophones lors du dernier scrutin mais n'a obtenu que deux des quinze sièges, le solde allant à la liste de Damien Thiéry.

"Un coup d'Etat communautaire"

Pour le cdH, la nomination de ce conseiller au poste de bourgmestre "relève du coup d'Etat communautaire et constitue un viol qualifié des choix démocratiquement posés par les électeurs de Linkebeek".

Pour le MR, Damien Thiéry est "le seul bourgmestre légitime de Linkebeek", a affirmé dimanche le président du MR, Olivier Chastel, disant constater que "la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans s'entête dans son refus de la légitimité démocratique" de celui-ci.

Aux yeux du président du MR, la décision de Liesbeth Homans de nommer un bourgmestre issu de la minorité flamande est à la fois "totalement inacceptable mais aussi dommageable", la population linkebeekoise en étant la première victime.

Pour Olivier Chastel, "il est difficilement envisageable qu'un conseiller communal de la minorité, sans aucune expérience de la gestion d'une commune et sans aucun appui parmi le collège échevinal, puisse exercer correctement la fonction de bourgmestre".

M. Chastel a rappelé que "la bonne gestion des affaires communales par Damien Thiéry n'a jamais été remise en cause".

Le président du parti libéral francophone a enfin précisé qu'il recevrait Damien Thiéry, "qui conserve le soutien du MR dans ses démarches juridiques pour trouver une solution à ce problème communal", lundi après-midi au siège du MR.

De son côté, le président des FDF Olivier Maingain a affirmé que si Charles Michel n'est pas capable de faire respecter la démocratie à Linkebeek, c'est qu'il n'a pas l'autorité d'un Premier ministre.

Le président du Parti Socialiste Elio Di Rupo a invité le Premier ministre Charles Michel à inscrire le dossier de la nomination du bourgmestre de Linkebeek à l'ordre du jour du prochain comité de concertation. "Par cette nomination, les droits des francophones et le choix des électeurs de Linkebeek sont bafoués".

Eric De Bruycker a prêté serment ce lundi matin. ©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés