"La Flandre deviendra une île" (Kristof Calvo)

©BELGA

Kristof Calvo regrette le manque d'ambition en matière climatique du gouvernement Jambon Ier. Face à ses voisins, la Wallonie, Bruxelles ou les Pays-Bas, la Flandre place la barre assez bas. Pourquoi?

Kristof Calvo, chef de groupe Groen à la Chambre, n'est évidemment pas du tout enthousiaste face à l'accord de gouvernement flamand dévoilé lundi. "C'est le résultat de quatre mois de négociations, deux mois avec le Belang, deux mois avec les autres partis", résume-t-il sur La Première, ce mercredi matin. Pour lui, le Vlaams Belang est clairement le "ghost writer" des textes. "C'est dommage. Pas seulement pour la crédibilité des autres partis, mais aussi pour la Flandre et ses citoyens." Il qualifie aussi cette coalition "de gouvernement des quatre partis", avec l'ombre des extrémistes planant sur le travail de la N-VA, de l'Open Vld et du CD&V.

Pour Calvo, la nouvelle coalition a enregistré le message des électeurs - un problème de pauvreté même pour ceux qui ont un travail -, mais "la réponse est mauvaise. Ce gouvernement choisit d'organiser la concurrence entre nos gens - les Flamands qui vivent dans la pauvreté - et les nouveaux arrivants."

"Dommage pour la Flandre"

Mais ce qui le préoccupe surtout, c'est le manque de vision de la nouvelle coalition en matière climatique. Pour rappel, le chapitre "climat" de l'accord explique que les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer de 80% d’ici 2050. La Flandre va doubler la production d’énergie solaire et éolienne d’ici 2030. Les espaces boisés vont s’étendre de 10.000 hectares d’ici 2030 et les espaces verts de 20.000 hectares. Alors que la Région bruxelloise veut faire baisser les émissions de CO2 de 30% en 2030 (par rapport à 2005), avec en ligne de mire le zéro carbone en 2050. La Wallonie vise une diminution de 55% des émissions de gaz à effet de serre en 2030.

"On voit souvent une référence aux pays nordiques, c'est un problème. Niveau climat, la Flandre deviendra une île! Aux Pays-Bas, il y a un accord beaucoup plus ambitieux, en Wallonie et à Bruxelles aussi." Kristof Calvo regrette ce manque d'ambition et tente de l'analyser. Selon lui, on en reste au niveau des symboles. "La N-VA et le Belang considèrent de plus en plus le climat comme un combat culturel, identitaire. C'est plus un symbole, un combat contre les verts, les progressistes. Dommage pour la Flandre..." 

Concernant le niveau fédéral, il espère que la formation du gouvernement flamand lance effectivement les négociations. Il rappelle les alternatives à une coalition autour de la N-VA et du PS. Mais il prévient. "Si Ecolo et Groen sont autour de la table, ce n'est pas pour faire du copy/paste de l'accord flamand, mais on peut s'inspirer de l'accord bruxellois ou wallon."


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés