La Flandre et sa "comptabilité créative"

"La Flandre se voit à présent présenter l'addition", constate le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel (Open Vld). ©BELGA

Le déficit budgétaire de la Belgique dépassera les 3% du PIB. A cause des régions: le déficit de la Flandre est ainsi estimé à 800 millions d'euros, et celui de la Wallonie à un milliard. Le Nord a-t-il été trop créatif avec les règles comptables? C'est ce qu'affirme le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel...

"Le gouvernement flamand sortant a été trop créatif avec les règles comptables et se voit à présent remettre l'addition", a affirmé  le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel (Open Vld), au cours de l'émission radiophonique matinale de la VRT "De Ochtend".

Annemie Turtelboom, ministre du Budget de la Flandre, doit maintenant essayer de corriger le tir. ©Photo News

Pour le chef de file bruxellois de l'Open VLD, l'actuelle ministre flamande du Budget, Annemie Turtelboom, tente de corriger le tir, mais la responsabilité du déficit budgétaire 2014 de la Flandre est imputable au fait que le gouvernement flamand précédent a tenté de maintenir les constructions Publiques-Privées en dehors du budget, contre son meilleur jugement.

Il s'est confirmé lundi que le déficit budgétaire de la Belgique dépasserait finalement les 3% du PIB. A l'échelon fédéral, on impute ce dérapage aux entités fédérées. Le déficit de la Flandre est ainsi estimé à 800 millions d'euros, et celui de la Wallonie à un milliard.

Le ministre bruxellois a regretté que la balle soit rejetée sans distinction dans le camp des entités fédérées. "Bruxelles a terminé l'année 2013 en boni et clôturera les comptes 2014 en léger boni. Nous suivons à la lettre ce qui a été convenu avec les instances européennes", a-t-il dit.

La Flandre se voit à présent présenter l'addition.
Guy Vanhengel

♦ Le problème flamand. En ce qui concerne la Flandre, Guy Vanhengel a pointé du doigt le gouvernement flamand sortant (ndlr: CD&V-N-VA-sp.a) qui a présenté le budget flamand sous un meilleur visage qu'il ne l'était en réalité en "se montrant trop créatif avec les règles comptables" via le recours à des montages de type public-privé pour construire des écoles ou engager le projet d'aménagement du Ring au nord-est d'Anvers.

Mais "cette réflexion à court terme" produit à présent de l'amertume pour le gouvernement flamand. "La Flandre se voit à présent présenter l'addition", a-t-il ajouté.

Pour le ministre Open VLD, renoncer à l'équilibre budgétaire ne constitue en tout cas pas une option.

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (NV-A) a déploré que l'on rejette le dossier du déficit budgétaire dans le camp des entités fédérées et des pouvoirs locaux. Geert Bourgeois n'a pas nié l'existence d'un déficit budgétaire pour l'entité flamande, mais il a demandé que l'on ne mette pas tout pour autant sur le dos des entités fédérées et des pouvoirs locaux.
Le ministre-président flamand s'est également dit en désaccord avec la critique de Guy Vanhengel sur une prétendue trop grande créativité budgétaire via le recours à des investissements publics-privés destinés à contourner l'obstacle du déficit budgétaire.
Ce procédé auquel avait déjà recouru, avant le gouvernement sortant, l'équipe gouvernementale qui comptait en ses rangs Dirk Vanmechelen (Open VLD) n'a rien d'honteux: il s'agit de permettre d'investir sans porter atteinte au budget, mais le système mis au point par l'Europe est à la fois "très dur et très absurde" dans le sens où il faut comptabiliser sur une seule année les investissements en ce compris ceux qui sont remboursés en plusieurs années, a souligné Bourgeois.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés