La Flandre met la culture et le sport à l'arrêt

Le ministre-président Jan Jambon (N-VA) a annoncé un nouveau tour de vis. ©BELGA

Le gouvernement flamand impose de nouvelles restrictions qui entreront en vigueur ce vendredi à 18 heures. La culture et le sport se retrouvent à l'arrêt, mais le couvre-feu n'est pas étendu.

Après les entités fédérées francophones, la Flandre impose à son tour des restrictions supplémentaires pour endiguer la propagation de l’épidémie et soulager les hôpitaux.

«Nous demandons avec insistance à chacun de limiter au maximum les contacts physiques», a lancé le ministre-président Jan Jambon (N-VA), faisant appel à la fameuse «mentalité des Flandriens qui n’abandonnent jamais en cours d’épreuve». Vis-à-vis de ceux qui ne se plient pas aux prescriptions, il  prévenu que «le temps de la nonchalance et de crâner est passé, chacun doit se montrer responsable, faute de quoi on file tout droit vers un lockdown avec tous les désagréments que cela implique».

"Le temps de la nonchalance et de crâner est passé."
Jan Jambon
Ministre-président flamand

Voici les principales mesures. L’entrée en vigueur est prévue à partir de ce vendredi à 18 heures.

Couvre-feu

Le couvre-feu reste inchangé de minuit à 5 heures du matin. En Wallonie et à Bruxelles, celui-ci a été étendu de 22 heures à 6 heures. «Nous voulions permettre aux gens de pouvoir prendre l’air le soir», a justifié Jan Jambon.

Culture

Tout le secteur (cinéma, théâtre, musées, etc.) est mis à l’arrêt, à l’exception des bibliothèques. «Les entreprises impactées pourront compter sur des mesures de soutien», a assuré la ministre de l’Economie Hilde Crevits (CD&V).

Sport

Tous les sports en salle, comme le fitness par exemple, sont mis à l’arrêt. Le sport en extérieur (vélo, tennis, etc.) reste autorisé mais sans être plus que 4 personnes. Ces règles sont valables pour les plus de 12 ans. Aucune restriction n’est imposée pour le sport chez les moins de 12 ans. Les événements sportifs professionnels pourront continuer à avoir lieu mais sans spectateurs. Les amateurs de foot seront soulagés.

Enseignement

Comme dans les écoles francophones, les vacances de Toussaint sont prolongées jusqu’au 11 novembre. Par contre, l’enseignement à distance en secondaire n’est pas obligatoire comme en Wallonie. En ce qui concerne les universités, des cours en présentiel peuvent être organisés pour les étudiants de première année.

Mouvements de jeunesse

Pour les plus de 12 ans, tout est mis à l’arrêt. Pour les moins de 12 ans, les activités de jour peuvent se poursuivre mais pas de logement. Les plaines de jeu restent ouvertes.

Shopping

Comme en Wallonie, le shopping ne peut plus se faire qu’à deux adultes maximum ou un adulte avec des enfants. A Bruxelles, le shopping ne peut plus se faire que seul. Les marchés hebdomadaires pourront continuer d’avoir lieu. Par contre, les brocantes et marchés de Noël sont interdits.

Maisons de repos

Les visites restent limitées à une personne par pensionnaire avec contact physique et une personne sans contact physique (qui peut changer tous les 15 jours). Les maisons de repos (qui ont pas mal de chambres libres depuis la première vague) pourront proposer des chambres pour les aidants proches.

Evénements familiaux

Les enterrements et les mariages ne pourront avoir lieu qu’avec une assistance de 40 personnes maximum.

Répression

Le gouvernement flamand a invité les autorités compétentes à faire preuve de sévérité pour garantir le respect des mesures. Les contrôleurs de la société de transports publics De Lijn seront ainsi habilités à infliger des amendes administratives pour absence de port du masque, par exemple.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés