La Flandre va-t-elle acheter des crédits CO2 à la Wallonie?

La Flandre, région très industrialisée, devrait rater les objectifs en matière de réductions d'émissions de CO2 fixés par l'Europe. ©BELGAIMAGE

Le nouveau gouvernement flamand ne semble pas faire du problème climatique une priorité. Le précédent non plus, découvre-t-on aujourd'hui...

Le constat est édifiant: la Flandre n’atteindra pas ses objectifs de réduction des émissions de CO2 pour 2020. Elle en resterait même fort loin. Alors que l’Europe lui demande une réduction de 15,7% pour 2020 par rapport à 2005, le nord du pays n’en resterait qu’à un pâle 10%. Ce sont surtout les émissions provenant des transports et des bâtiments qui n’ont pas suffisamment diminué ces dernières années.

Dans De Morgen ce mercredi, la nouvelle ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) a reconnu le problème, dont elle hérite de Joke Schauvliege (CD&V), ministre qui était en charge du dossier dans le gouvernement précédent et qui n’avait pas laissé entendre que les objectifs ne seraient pas atteints... Que peut faire la nouvelle ministre? Il est trop tard pour lancer des mesures sur base d’une échéance aussi proche.

Acheter des crédits de CO2

Afin d’éviter la mise à l’amende, la solution la plus probable, c’est que la Flandre achète des crédits de CO2 auprès d’autres pays ou régions. À la Wallonie, par exemple, bonne élève en matière de réduction d’émissions et auprès de laquelle la Flandre a droit de priorité pour l'achat de crédits.

D’après De Morgen, le montant nécessaire pour que la Flandre compense son retard pour 2020 serait de 40 millions d’euros en crédits. 

Et pour la suite? De ce qu’on a pu voir dans l’accord de gouvernement, la Flandre, qui est une des régions les plus industrialisées d'Europe, ne compte pas mener de politiques très volontaristes en matière climatique. Le chapitre "climat" de l'accord explique que les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer de 80% d’ici 2050. Les autres Régions ont des objectifs plus élevés: la Région bruxelloise, elle, veut faire baisser les émissions de CO2 de 30% en 2030 (par rapport à 2005), avec en ligne de mire le zéro carbone en 2050. La Wallonie vise une diminution de 55% des émissions de gaz à effet de serre en 2030.

À la fin de ce mois d'octobre, Demir devra présenter son plan climatique flamand. Mais les objectifs européens à l'horizon 2030 semblent déjà difficiles à atteindre vu qu’aucune mesure drastique n’est encore annoncée, que la taxe kilométrique n’est plus d’actualité en Flandre et qu’il n’y a guère d’effort demandé en matière de rénovation...

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect