analyse

La victoire d'Egbert Lachaert scelle le sort de la Vivaldi

Egbert Lachaert, entouré de Bart Tommelein et de Gwendolyn Rutten. ©BELGA

La victoire d’Egbert Lachaert, c’est celle de la base contre l’establishment du parti. C’est aussi un succès pour Alexander De Croo.

Egbert Lachaert président, c’est un coup de barre à droite pour l’Open Vld et un enterrement de première classe pour une coalition Vivaldi. Du moins pour ceux qui y croyaient encore… Rappelons que la Vivaldi, c’est l’alliance des quatre familles politiques traditionnelles (socialistes, libéraux, chrétiens et écologistes).

Âgé de 42 ans et natif de Merelbeke (Flandre orientale), cet avocat spécialisé en droit social et chef de groupe de l’Open Vld à la Chambre a remporté sans discussion le scrutin au premier tour, avec plus de 60% des voix. Il laisse son principal rival, le bourgmestre d’Ostende et ancien ministre Bart Tommelein, à moins de 30%.

61
%
Egbert Lachaert a recueilli 61% des voix contre 29% à son principal concurrent Bart Tommelein.

Quant à Els Ampe, qui était également en lice, elle n’a récolté que 7% des suffrages. "Avec les problèmes qu’elle a accumulés à Bruxelles et les relations difficiles qu’elle entretient avec certains responsables de son parti, je crains que sa carrière politique ne soit pour ainsi dire terminée", estime Carl Devos, politologue l’université de Gand (UGent).

Plus libéral et plus flamand

Egbert Lachaert succède donc à Gwendolyn Rutten, qui occupait le poste depuis 2012. À cette époque, elle l’avait emporté face à Egbert Lachaert déjà... Cette fois-ci, l’élection a été perturbée par la crise du Covid-19, imposant un report de deux mois pour un scrutin par voie électronique ou téléphonique.

La victoire de Lachaert, c’est celle de la base contre l’establishment du parti. Tommelein était soutenu par la présidente sortante et par les barons du parti, Bart Somers, Maggie De Block et Patrick Dewael notamment. "C’est une lourde défaite pour Tommelein et l’appareil du parti. Ce succès est d’abord celui de la base constituée d’indépendants et de patrons de PME", observe Carl Devos. "Le nouveau président doit à présent devenir le vrai patron. Son premier défi sera la constitution du bureau du parti."

Lachaert pourra compter sur le soutien d’Alexander De Croo et Vincent Van Quickenborne, qui ont appuyé sa campagne. "De Croo et Van Quickenborne sortent indéniablement renforcés de ce scrutin", estime Carl Devos. Le premier a d'ailleurs été élu ce vendredi premier vice-président du parti.

"Alexander De Croo et Vincent Van Quickenborne sortent indéniablement renforcés de ce scrutin."
Carl Devos
politologue à UGent

Avec Egbert Lachaert, c’est aussi un nouveau positionnement politique qui se dessine chez les libéraux flamands, à la fois plus libéral et plus flamand, après l’ère centriste de Rutten. "La présidente sortante était prête à former une coalition Vivaldi et à revendiquer le poste de Première ministre. Elle avait également abandonné le principe du confédéralisme et ouvert le débat pour une refédéralisation de certaines compétences", rappelle Devos.

Champagne à la N-VA

Tout cela, c’est maintenant terminé et on imagine qu’à la N-VA, on a dû sortir le champagne. "Egbert Lachaert est parfait à tout point de vue, sauf qu’il n’est pas N-VA", a un jour lâché une éminence N-VA. Ce positionnement plus flamand mérite toutefois d’être nuancé, selon Carl Devos. "Bart Tommelein gouverne avec la N-VA à Ostende et il vient également du Mouvement flamand, comme Lachaert. Mais il se fait que durant la campagne, Tommelein a été associé à la coalition Vivaldi et qu’il n’a jamais su se défaire de cette étiquette."

"Egbert Lachaert est parfait à tout point de vue, sauf qu’il n’est pas N-VA."
Une éminence N-VA

Pour Lachaert, il s’agira maintenant de concrétiser la demande de renouveau, à commencer par un nouveau nom pour un parti qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il était sous l’ère Verhofstadt, lorsqu’il tutoyait la barre des 25% dans les urnes.

Il devra aussi établir des passerelles avec les partis francophones, chose qu’il pratiquait déjà en tant que chef de groupe à la Chambre. À présent, c’est dans la division supérieure qu’il est attendu.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés