La Ville de Bilzen condamne fermement l'incendie d'un futur centre d'accueil de Fedasil

Le bâtiment qui était censé accueillir temporairement des demandeurs d'asile à Bilzen est une ancienne maison de retraite. ©Debby Termonia

Le collège échevinal de la ville flamande a tenu à condamner ce qui semble être un incendie volontaire, ainsi que les commentaires haineux qui ont circulé sur les réseaux sociaux.

L'incendie qui s'est déclaré dimanche soir dans un bâtiment destiné à devenir un centre d'accueil temporaire pour demandeurs d'asile à Bilzen, près d'Hasselt, est très probablement d'origine criminelle. C'est ce qu'on a appris lundi auprès des pompiers locaux.

Il n'y a pas de place à Bilzen pour l'intolérance ni la criminalité, d'où qu'elles viennent.
Johan Sauwens
bourgmestre de Bilzen

Lorsque les hommes du feu sont arrivés sur place, ils ont en effet directement constaté des traces d'effraction. Personne n'a été blessé mais les dégâts matériels sont conséquents. Ce bâtiment était auparavant une maison de repos.

Deux manifestations avaient eu lieu récemment contre l'ouverture du futur centre de Fedasil, qui devait accueillir 140 personnes. Des riverains y avaient participé, de même que des Limbourgeois originaires d'autres régions de la province.

Une limite franchie

Réuni en urgence, le collège échevinal de Bilzen a fermement condamné cet événement. "Avec cet acte intentionnel, c'est une limite importante qui a été franchie", a souligné le collège dans un communiqué.

Des commentaires choquants ont été relevés sur les médias sociaux, du genre: "C'est trop tôt, il aurait fallu attendre qu'il y a ait des gens à l'intérieur"

"Le collège souhaite se distancier explicitement des commentaires négatifs et hostiles circulant sur les médias sociaux", a réagi le bourgmestre Johan Sauwens"Bilzen est une ville accueillante et ses habitants sont des gens chaleureux et responsables. Il n'y a pas de place à Bilzen pour l'intolérance ni la criminalité, d'où qu'elles viennent."

Par ailleurs, des badauds auraient été vus en train d'applaudir pendant que l'incendie faisait rage. Un homme aurait également été empêché d'appeler les secours.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect