Le conseil communal de Kraainem défie Liesbeth Homans

Une nouvelle bataille juridique va s'engager entre la ministre flamande Liesbeth Homans et le conseil communal de Kraainem. ©BELGA

Liesbeth Homans a une fois de plus décidé de passer outre l'avis du conseil d'Etat. Elle a annulé la décision prise par le conseil communal de Kraainem d'envoyer les convocations électorales dans la langue de l'électeur. Mais dans cette commune de la périphérie, on persiste et on défie la ministre.

Le conseil communal de Kraainem avait décidé, le 8 avril dernier, d'envoyer les convocations pour les élections du 26 mai en français aux habitants qui s'étaient enregistrés pour recevoir, pendant quatre ans, leurs documents administratifs dans cette langue. La commune à facilités de la périphérie bruxelloise suivait là la jurisprudence du Conseil d'État

Mais ce jeudi, la ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, a annulé la décision prise par le conseil communal de Kraainem. Sur quelles bases? Selon la ministre, la décision ne respectait pas les règles flamandes en matière linguistique énoncées dans les circulaires Peeters et consorts qui imposent aux habitants francophones des communes à facilités de demander systématiquement l'envoi d'un document en français.

La majorité est composée de la liste bilingue Kraainem Unie (huit sièges) et de la Liste de l'ex-Bourgmestre cdH Dorothée Cardon de Lichtbuer (quatre sièges), face à une liste DéFI-MR-Indépendants disposant à la fois de 11 sièges et d'une majorité d'échevins, qui sont, dans les communes à facilités, directement élus par la population.

Et voilà la hache de guerre déterrée... Le soir même, le conseil communal tenait une séance extraordinaire et confirmait sa décision d'envoyer les convocations pour les élections de ce 26 mai dans la langue choisie par les électeurs. 13 conseillers communaux ont approuvé un amendement en ce sens déposé par l'opposition DéFI+MR+Indépendants et qui a reçu le soutien d'un élu cdH (dans la majorité) et d'un membre de la Liste bilingue Kraainem Unie (KU) du bourgmestre Bertrand Waucquez. Sept conseillers de KU ont voté contre et un autre s'est abstenu.

Tout le monde veut défendre les facilités. Mais on doit être conscient des conséquences. (...) Jeter de l'huile sur le feu, est-ce la bonne manière de défendre les facilités?
Bertrand Waucquez
bourgmestre de Kraainem

L'amendement voté jeudi soir, fondé sur un avis demandé à l'avocat de la commune, stipule que les convocations seront envoyées en néerlandais pour les électeurs de Kraainem qui n'ont pas fait le choix du français. Et celles en français seront adressées aux électeurs qui ont introduit voici quatre ans au maximum une demande pour être servis en français.

L'histoire n'est probablement pas finie...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés