Le dossier du ring d'Anvers "inextricable"

Karel De Gucht ©AFP

Selon Karel De Gucht, la Flandre a transformé le dossier du ring d'Anvers en un enchevêtrement inextricable. Elle devra sans doute lancer un nouveau marché public pour creuser les tunnels.

Le gouvernement flamand devra probablement lancer un nouveau marché public dans l'épineux dossier du bouclage du ring d'Anvers, que la Flandre transforme ainsi peu à peu en "un enchevêtrement inextricable", a affirmé dimanche le commissaire européen Karel De Gucht.

La liaison Oosterweel, ce projet de bouclage du ring périphérique d'Anvers qui a déjà fait vaciller le gouvernement flamand, devait initialement combiner des tunnels et un viaduc, le "Lange Wapper".

Le gouvernement flamand avait choisi le consortium Noriant pour ce faire. Mais à l'issue d'un référendum, l'option du viaduc a été rejetée et les plans ont été modifiés pour ne garder que les tunnels.

Désormais, la Commission européenne doit décider si Noriant peut creuser ces tunnels ou si un nouveau marché public doit être passé.

"C'est probablement cette dernière option" que la Commission retiendra, a affirmé M. De Gucht dans le débat dominical "De Zevende Dag" sur la VRT.

Le gouvernement flamand "a l'opportunité de démontrer que ce serait à nouveau Noriant (après un nouveau marché public, ndlr), mais il ne l'a pas encore fait", a fait observer le commissaire européen, dont le parti Open Vld siège dans l'opposition à la Région flamande.

Il repère un second écueil "européen" à la liaison Oosterweel dans la concession passée avec la Compagnie Anvers Mobilité (BAM/Liefkenshoektunnel), grâce à laquelle le gouvernement espère - à tort selon M. De Gucht - pouvoir garder le coût du plan d'infrastructure en dehors du périmètre budgétaire régional.

En français dans le texte, le commissaire européen a mis en garde contre un "jeu de dupes". "On refile la patate chaude (à la Commission européenne), mais qui l'a mise sur le feu ? Le gouvernement flamand! ", a-t-il grincé.

Lire également

Publicité
Publicité