Les patrons flamands veulent relever les bas salaires de 100 euros par mois

©BELGA

Le Voka plaide pour une nouvelle baisse des charges orientée sur les salaires inférieurs à 2.500 euros brut par mois. Il suggère également de se pencher sur l’indexation automatique et les augmentations barémiques.

Bozar affichait complet lundi soir pour la réception de Nouvel An du Voka, l’influente fédération patronale flamande dont on dit qu’elle avait inspiré le programme de la coalition suédoise en 2014.

Le président du Voka, Wouter De Geest, par ailleurs patron de BASF Anvers, ne cherchait d’ailleurs pas à cacher sa déception au sujet de la fin prématurée du gouvernement Michel Ier. "Je pense souvent ces derniers temps à la septième symphonie de Franz Schubert, qu’on appelle l’inachevée et qui est considérée la plus belle."

→ Lire notre édito La Flandre n'est pas la Catalogne

Le jobsdeal, la mise en application du pacte énergétique, le budget 2019 sont autant de chantiers inachevés pour lesquels le régime des affaires courantes risque de ne pas être d’une grande utilité.

Loin de se mettre également en affaires courantes, la fédération patronale a présenté à ses 1.500 invités son mémorandum en vue des prochaines élections fédérales et régionales. Sous le titre "Osez choisir, osez entreprendre", le Voka esquisse quatre chantiers prioritaires pour les exécutifs qui émergeront des urnes après le 26 mai.

• Réformes structurelles. Le marché du travail, le climat, l’enseignement, la mobilité, la transformation digitale sont autant de domaines où les réformes doivent se poursuivre. Au passage, Wouter De Geest lance "un appel chaleureux à l’adresse des partenaires sociaux" pour qu’ils s’impliquent dans cette dynamique.

• Un incitant pour l’emploi flamand. Le Voka plaide pour une nouvelle baisse des charges au niveau flamand ciblée sur les bas salaires. Objectif: rendre le travail plus attractif et réduire ainsi les pièges à l’emploi. Concrètement, il est proposé d’augmenter de 100 euros net les salaires inférieurs à 2.500 euros brut. Le tout sans augmenter le coût salarial brut pour l’employeur.

Wouter De Geest y ajoute une suggestion à l’adresse des partenaires sociaux fédéraux qui devront prochainement négocier un nouvel accord interprofessionnel (le Voka n’est pas dans le Groupe des dix): "Le coût salarial doit rester sous contrôle. Si une nouvelle baisse des charges n’est pas envisageable, il faudrait à tout le moins se pencher sur l’indexation automatique et les augmentations barémiques."

"Je lance un appel aux partenaires sociaux."
Wouter de Geest
Président du Voka


• Investissement public. Les patrons du nord du pays plaident pour une augmentation de 2,4 milliards d’euros de l’investissement public en Flandre en plus de ce qui est déjà prévu dans le pacte d’investissement fédéral et autres initiatives. L’idée est de rattraper le retard d’investissement de ces dernières décennies qui bride le potentiel de croissance de l’économie et altère notre position concurrentielle. Cette enveloppe devrait être répartie comme suit: 500 millions pour l’innovation, 500 millions pour la mobilité, 100 millions pour l’enseignement et 1,3 milliard pour le bien-être (dont l’aide aux personnes âgées).

• Assainir les finances publiques. Partant du constat que notre pression fiscale est déjà très élevée, le Voka recommande d’intervenir sur les dépenses pour ramener le budget à l’équilibre. Il faudrait ainsi réduire de 6% les dépenses primaires tant au niveau flamand que fédéral. La Voka ne précise cependant pas comment atteindre cet objectif, si ce n’est "en étant plus efficace" au niveau de la dépense publique et de l’appareil étatique. La fédération estime par exemple que 20% des dépenses de santé sont du gaspillage de ressources. Autre piste: accélérer les fusions de communes et de zones de police. "Nous ne devons pas avoir peur de recourir à des fusions forcées", plaide De Geest. Au passage, il a conjuré le gouvernement d’affaires courantes "de ne pas laisser filer le déficit".

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content