"Ne nous laissez pas tomber", demande le Voka à Charles Michel

Charles Michel a débattu avec le patron du Voka, Paul Kumpen (à gauche). ©Photo News

Le patron des patrons flamands, Paul Kumpen, demande à Charles Michel d'éviter toute crise politique et de poursuivre les réformes.

Les patrons flamands craignent plus que tout une chute du gouvernement Michel. Lors de la réception de Nouvel An du Voka, ce soir au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, ils ont insisté sur l’importance de capitaliser sur les acquis socio-économiques engrangés depuis le début de la législature par le gouvernement de Charles Michel.

Celui-ci était invité pour un face-à-face avec le président du Voka, Paul Kumpen.

"Il reste encore beaucoup de travail à faire. 2018 doit être une année utile. Chaque jour, chaque semaine d'ici la fin de la législature doit être mis à profit."
Charles Michel
Premier ministre

Ce dernier s'est adressé au Premier ministre dans des termes très clairs. "Il faut l'admettre et le dire: le gouvernement nous a aidés. Mais ne nous enlevez pas le vent des voiles. Ne nous laissez pas tomber. Il peut y avoir des vents contraires, mais il faut poursuivre le travail entamé."

Message reçu cinq sur cinq par Charles Michel: "Il reste encore beaucoup de travail à faire. 2018 doit être une année utile. Chaque jour, chaque semaine d'ici la fin de la législature doit être mis à profit." Le Premier ministre n'a par contre pas fourni beaucoup de détails sur ce qu'il compte faire les prochains mois. "Nous allons investir et faire des choix, en ciblant la mobilité et l'énergie. Nous allons aussi travailler sur la flexibilité et la simplification administrative."

Les patrons flamands ont par ailleurs profité de l’occasion pour remettre au Premier ministre un "Plan en 5 points" en vue de dynamiser le marché de l’emploi. Ils sont en effet inquiets des pénuries croissantes de main-d’oeuvre, au point que celles-ci pourraient hypothéquer la croissance économique future.

Dans ce plan, il est question d’unifier les statuts de salarié et d’indépendant, de favoriser la mobilité des travailleurs entre les différentes régions du pays, d’encourager l’apprentissage tout au long de la vie professionnelle, d’activer davantage les chômeurs et, enfin, de maintenir les séniors au travail plus longtemps.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés