Publicité

Quelque 59% des riverains de 3M présentent un taux trop élevé de PFOS dans le sang

©Photo News

Une large analyse médicale fait peser des inquiétudes sur la santé des riverains du site de Zwijndrecht. Le monde politique augmente la pression sur l'entreprise.

Des tests sanguins effectués sur près de 800 habitants de Zwijndrecht vivant dans un rayon de trois kilomètres autour de l'usine 3M ont montré que 59% avaient trop de PFOS (acide perfluorooctanesulfonique) dans le sang, a indiqué l'Agence flamande pour les soins et la santé.

Selon les chercheurs, un dépassement de ces valeurs ne signifie pas qu'il existe un risque immédiat pour la santé. Cependant, des effets sur le long terme ne sont pas à exclure.

La ministre Demir a sommé 3M de prouver qu'elle n'expose pas les riverains à des risques supplémentaires, sous peine de devoir arrêter sa production.

Par ailleurs, seuls 9% des personnes testées présentent des taux "sûrs" par rapport aux valeurs de référence, révèlent les échantillons. En moyenne, des valeurs plus élevées ont été mesurées chez celles habitant plus près de l'usine 3M, bien que d'autres facteurs de risque aient été identifiés.

Les PFOS sont des substances chimiques classées comme perturbateurs endocriniens. Une ancienne pollution à ces substances a été découverte il y a quelques mois dans et autour de l'usine 3M de Zwijndrecht à la suite de travaux d'infrastructures.

Demir hausse le ton

À la suite de la publication de ces résultats, les mesures dites "no regret" (sans regret en français), qui restreignent la vente de produits agricoles commerciaux, sont étendues et élargies, a par ailleurs annoncé l'agence. Le rayon dans lequel les personnes vulnérables ne doivent pas consommer de légumes cultivés sur place a été étendu à trois kilomètres.

Ces nouveaux développements ont incité la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA) à hausser le ton. Elle a sommé l'entreprise 3M de prouver qu'elle n'expose pas les riverains à des risques supplémentaires, sous peine de devoir arrêter sa production.

Le gouvernement flamand va d'ailleurs prendre le dossier à bras-le-corps puisque le ministre du Bien-être Wouter Beke (CD&V) va proposer à l'exécutif d'étendre l'enquête. Une piste consiste à regarder plus loin vers le sud-ouest, car c'est la direction des vents dominants.

La commune de Zwijndrecht a quant à elle qualifié ces données de "préoccupantes" et souligné que la société américaine ne pouvait plus se soustraire à ses responsabilités. L'administration a fustigé le discours de 3M, qui "avait toujours affirmé que les riverains de son site n'avaient rien à craindre".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés