epinglé

Un coup de fil qui a fait l'effet d'une bombe

L'ensemble des députés et des membres du gouvernement ont été évacués. ©Photo News

Le débat budgétaire au parlement flamand a été postposé de deux jours suite à une fausse alerte à la bombe.

Ce n’est pas à proprement parler une histoire belge. En l’occurrence, c’est plutôt d’une histoire flamande qu’il s’agit. Mardi, le parlement flamand venait d’entamer le débat budgétaire en séance plénière lorsqu’il a été évacué pour une alerte à la bombe suite à un coup de téléphone. Jusque-là rien de bien exceptionnel.

Sauf que l’homme qui avait appelé n’a pas lancé d’alerte à la bombe, ni menacé d’attentat. Il s’exprimait en anglais, avait décliné son identité et souhaitait un renseignement. Son appel a été enregistré et étudié par la police. Localisé en Flandre orientale, le suspect a été interpellé, auditionné et ensuite relâché.

"Can I speak to Mister Jambom?" (bom signifie… bombe en néerlandais).

Prenant la menace très au sérieux, la présidente du parlement Liesbeth Homans (N-VA) avait entre-temps pris contact avec la justice pour que des mesures soient prises pour le futur. Le débat budgétaire, lui, n’a pu reprendre que deux jours plus tard. Jeudi, Homans a réaffirmé qu’elle ne doutait pas de la déclaration de l’employé qui avait reçu l’appel.

Il semblerait que les services du parlement suspectaient un lien avec le 40e anniversaire de l’Institut kurde, célébré au même moment dans le bâtiment. Certaines mauvaises langues se sont laissées aller à imaginer la teneur de l’appel: "Can I speak to Mister Jambom?" (bom signifie… bombe en néerlandais).

En tout état de cause, prenez soin de bien articuler si, à l’avenir, vous avez besoin d’un renseignement au parlement flamand.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect