1 maternité sur 6 devrait fermer ses portes en Belgique

©REUTERS

Pas moins de 17 petites maternités pourraient mettre un terme à leur activité. Pour poser ce diagnostic, le KCE s’est basé sur des critères d’efficience, mais aussi de qualité et d’accessibilité.

Sur les 104 maternités de Belgique, 17 pourraient fermer leurs portes, estime le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE). On en trouve 8 en Wallonie et 9 en Flandre.

Pour parvenir à cette conclusion, le KCE s’est tout d’abord basé sur un critère d’efficience. Dans leur rapport, les chercheurs du Centre constatent en effet que les coûts fixes par accouchement sont plus élevés pour les petites structures que pour les services où de nombreuses naissances ont lieu. Cela s’explique notamment par la nécessité de maintenir en permanence un nombre minimum de sages-femmes, d’infirmiers, de médecins ou encore de matériel dans les établissements où il y a moins d’accouchements.

80
pour cent
Actuellement, 80% des femmes disposent d’au moins huit maternités à moins d’une demi-heure de leur domicile.

Légalement, les maternités sont actuellement tenues d’en effectuer au moins 400 par an. Selon le KCE, il conviendrait toutefois de porter ce nombre à 557 chaque année afin de ramener le coût par naissance au niveau de celui de maternités plus efficientes, sans compromettre ni la qualité des soins, ni la sécurité.

En appliquant ce premier critère aux établissements du pays, le Centre d’expertise a épinglé 21 maternités qui réalisent annuellement moins de 557 accouchements.

©KCE

Accessibilité des maternités

Une efficience insuffisante n’est cependant pas le seul élément mis en avant dans le rapport. L’accessibilité constitue une autre donnée centrale. Le KCE est parti du principe que chaque femme, âgée de 15 à 49 ans, doit pouvoir atteindre une maternité dans un certain délai en voiture.

La suppression de ces petites structures entraînerait une augmentation moyenne de 17% de l’activité des maternités environnantes restantes.

Dans la situation actuelle, 80% des femmes disposent d’au moins huit maternités à moins d’une demi-heure de leur domicile, tandis que pour moins de 2%, il n’y en a qu’une seule de disponible dans ce laps de temps.

En analysant l’impact de la fermeture des maternités précédemment épinglées, le KCE est parvenu à la conclusion que 17 d’entre elles pourraient disparaître sans que cela ne pose de problèmes d’accessibilité.

Quelles conséquences?

La suppression de ces petites structures entraînerait une augmentation moyenne de 17% de l’activité des maternités environnantes restantes. Dans la mesure où la Belgique dispose d’un surplus de 390 à 900 lits de maternité, ce point ne constituerait pas un problème.

Il s’agit d’une opportunité incroyable: nous pouvons réduire le coût moyen par accouchement pour la société et investir davantage dans d’autres domaines de soins.
Maggie De Block
ministre de la Santé

Quant aux conséquences de ces potentielles fermetures sur les employés, le Centre d’expertise recommande de prendre des mesures permettant de réembaucher le personnel excédentaire. Il suggère qu’une partie de celui-ci soit transférée dans les établissements environnants, ou encore d’offrir aux sages-femmes une formation complémentaire vers la pratique infirmière.

Aux yeux de la ministre de la Santé, la libérale flamande Maggie De Block, le rapport illustre qu’une réforme s’impose. "Cela promet de ne pas être facile, mais il s’agit d’une opportunité incroyable: nous pouvons réduire le coût moyen par accouchement pour la société et investir davantage dans d’autres domaines de soins", souligne-t-elle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect