analyse

5 choses que l'Europe a changées en 5 ans

©BELGAIMAGE

L’UE a pris des décisions aux conséquences très concrètes pour les Européens – et leur portefeuille – ces cinq dernières années. Retour sur cinq mesures.

L'Union européenne (UE) a eu beaucoup d'urgences à régler au cours du mandat de la Commission Juncker, de la crise grecque à celle de l'accueil des migrants, en passant bien sûr par le Brexit. Mais ça ne l'a pas empêchée de mener des réformes qui ont changé la vie les citoyens européens. Sur 512 propositions déposées par la Commission européenne, 361 avaient été adoptées début mai. Retour sur quelques mesures concrètes.

1. Vous ne payez pas plus cher l’utilisation de votre GSM à l'étranger qu’à la maison

Depuis le 15 juin 2017, les Européens peuvent téléphoner et surfer comme à la maison lorsqu’ils voyagent en Europe. Utiliser son GSM dans un autre pays de l'Union ne génère plus de frais supplémentaires: on paye le tarif national où que l'on soit dans l'UE.

À ce principe général viennent cependant se greffer des bémols. Les opérateurs peuvent appliquer une "politique d'utilisation raisonnable" pour éviter un usage "abusif" des nouvelles règles. Et si l'utilisation à l'étranger devient permanente, l'opérateur peut facturer des frais d'itinérance.

Depuis le 15 mai 2019, la règle est complétée: le prix des communications passées au départ du pays de résidence vers un numéro d'un autre pays de l'UE sont plafonnés à 22 cents/minutes (7 cents/SMS).

2.Vous n'êtes plus assailli de mails intrusifs

En mai 2018, est entré en vigueur le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD). Les règles de traitement et de circulation des données à caractère personnel qu'il instaure ont été applaudies jusqu'à la Silicon Valley comme un cadre qui a l'étoffe d'un nouveau standard mondial. Le RGPD entend empêcher que ces données (nom, image, adresse (postale ou IP), téléphone, etc.) puissent être utilisées au détriment de l'internaute.

©ANP XTRA

La collecte de données personnelles ne peut désormais plus se faire sans le consentement explicite et écrit des personnes concernées. L'utilisateur doit pouvoir obtenir une copie de ses données et peut demander leur suppression à tout moment. Le RGPD instaure aussi le droit à la "portabilité" des données - la possibilité de les transférer d'un service à l'autre. Les Belges sont pourtant parmi les Européens les moins bien informés de l'existence du RGPD.

3. Vous faites vos courses en ligne (presque) sans entrave

L'Union a adopté de nouvelles règles pour limiter les pratiques de géo-blocage et autres restrictions géographiques dans un effort pour faciliter l'e-commerce. En 2017, un règlement sur la "portabilité" transfrontalière a été adopté pour permettre au consommateur d'accéder à ses souscriptions en ligne pour accéder à des contenus lorsqu'il voyage dans l'Union.

L'année suivante, un règlement sur les pratiques de géo-blocage et de discrimination injustifiée a été adopté. Il interdit aux sites commerçants de discriminer les acheteurs en fonction de leur lieu de résidence (ou de leur nationalité). Mais, contrairement à ce qu'avait souhaité le Parlement, ces nouvelles règles ne couvrent pas les contenus, audiovisuels par exemple, protégés par le copyright.

Pour doper le commerce en ligne, l'UE a également harmonisé les droits contractuels. Les autorités nationales ont aussi plus de pouvoir pour faire appliquer les droits des consommateurs, et des règles de TVA simplifiées ont été adoptées pour faciliter les ventes à distance.

4. Vous ne culpabiliserez plus de prendre un café à emporter

Vous êtes pris d'un sentiment d'impuissance face à l'abondance de plastique dans votre vie quotidienne alors que vous en connaissez les effets dévastateurs sur l'environnement - bientôt plus de plastique que de poissons dans les océans si rien n'est fait? L'Europe a commencé à s’attaquer à ce problème et des gestes aussi communs que prendre un café ou un soda à emporter deviendront bientôt moins nuisibles.

©REUTERS

La directive sur les produits en plastique à usage unique cible les objets les plus retrouvés sur les côtes européennes et pour lesquels il existe des alternatives sans plastique. En 2021, les couverts, assiettes, cotons-tiges, pailles, touillettes et autres tiges pour ballons seront interdits. L'Union prévoit en outre d'atteindre 90% de collecte des bouteilles en plastique pour 2029 - et 30% de recyclage en 2030. Une législation qui ferait économiser 6,5 milliards d'euros aux consommateurs européens selon ses auteurs.

5. Votre facture d'énergie sous monitoring

On entre ici dans ces chantiers de longue haleine dont les effets ne se font pas ressentir du jour au lendemain. L'Union a investi sous cette législature le champ de l'interconnexion, avec comme motto la résilience énergétique.

Les nouvelles règles sur la préparation au risque dans le secteur électrique assurent une meilleure protection contre les risques de black-outs, et l’Union vise à atteindre 10% d’interconnexion pour 2020. Un marché fluide doit permettre de compenser les pénuries locales et de faire baisser les prix. L’objectif pour l’heure est d’atteindre 10% d'interconnexion pour l'électricité pour 2020. L’UE investit donc dans des projets d'infrastructures clés "d'intérêt commun". Cette stratégie s’intègre dans celle de lutte contre le réchauffement, avec cette priorité : l’efficacité d’abord. Work in progress.



 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n