A RTL, "les emmerdes volent en escadrille"

©RTL TVI

Au lendemain de l’inculpation de son animateur vedette Stéphane Pauwels, le groupe audiovisuel déplore "un cas de figure inédit" qui "ne met pas en péril la grille de rentrée". Pauwels, lui, a annoncé vouloir "démontrer son innocence".

On a l’habitude de décrire la construction d’une grille de rentrée télévisée comme un puzzle fragile où chaque pièce s’emboîte harmonieusement – ou pas. L’annonce, mardi, de la suspension de Stéphane Pauwels, le jour-même ou la grille de RTL Belgium était annoncée a transformé le puzzle enfantin en un fameux casse-tête de 10.000 pièces à résoudre en un temps record. Le tout dans un groupe aux prises avec un plan de restructuration (88 personnes remerciées en mars) et une guerre des chefs Delusinne-Rosenblatt. "L’ambiance est morose, c’est le moins que l’on puisse dire. Comme disait Chirac, les emmerdes, ça vole en escadrille", résume, amer, un membre du groupe RTL, sous couvert d’anonymat.

©Photo News

Depuis, interdiction était faite aux salariés de l’entreprise de s’exprimer sur "l’affaire Pauwels". Contacté, le porte-parole du groupe, Christopher Barzal, sort la lance à incendie. "RTL Belgium ne repose pas que sur Stéphane Pauwels. Une saison, c’est un ensemble de programmes et elle n’est pas en péril", note-t-il. "Nous sommes face à une situation compliquée, nous avons un animateur qui a des démêlés avec la justice. C’est un peu comme quand, à l’école, un enseignant est absent pour longue durée, il faut trouver des solutions."

Pauwels, un pilier de la chaîne

Même si le groupe se veut rassurant, Stéphane Pauwels pèse lourd dans l’organigramme RTL et, au delà, dans le paysage audiovisuel belge. "Les Orages de la vie" pèsent 30% de part d’audience. Avec "Steph fait le job", il s’agit de programmes qui s’invitent régulièrement dans le top 10 des programmes les plus vus du mois et dépassent souvent les 500.000 téléspectateurs. Un argument de poids auprès des annonceurs. Non voulu à l’origine par Philippe Delusinne qui le trouvait trop vulgaire, selon une source, Pauwels a réussi à se faire une place de choix.

Et ses programmes sont totalement vampirisés par son "personnage", difficilement remplaçable. "Il incarne tellement ces émissions, tu ne vas pas demander à Jacques Van den Biggelaar de venir à sa place !", sourit une source. Pour la présentation des soirées de football, la polyvalente Anne Gruwez a sauté sur la balle, en attendant qu’une décision de moyen terme soit prise.

"Nous ne sommes pas dans une phase d’urgence"

©RTL TVI

Sur Bel RTL, Stéphane Pauwels devait aussi assurer une quotidienne de 13 à 14h, "Confidences pour confidences". "Christian De Paepe a fait l’enregistrement. Nous sommes une entreprise de médias et nous savons que nos animateurs ne sont pas invincibles, nous avons les moyens de les remplacer, même si ce cas de figure est inédit", observe Christopher Barzal. Pour ce qui est du remplacement éventuel de Pauwels, aucune décision n’a été prise. "Nous ne sommes pas dans une phase d’urgence, nous allons analyser la question."

Côté judiciaire, Stéphane Pauwels est resté muet. Ses avocats, Me Sven Mary et Romain Delcoigne ont diffusé un court communiqué rappelant que leur client souhaite "démontrer son innocence". Comme l’indiquait hier L’Echo, l’animateur est soupçonné par les enquêteurs d’être au cœur d’une revanche amoureuse violente, un triangle qui comprend son ex-compagne Noëlle C., finalement inculpée hier matin, et l’ex-compagnon de cette dernière, l’homme qui devait être la cible d’un home invasion ultraviolent commis en mars 2017 à Lasne par trois hommes de main aujourd’hui sous les verrous.

Pauwels et Noëlle C. sont poursuivis en tant que co-auteurs présumés de faits aggravés de vol avec violence, suspectés d’avoir commandité les faits. Reste à voir quels sont les éléments matériels dont dispose le parquet fédéral. Alors que les personnes sous mandat d’arrêt comparaissent ce vendredi devant la chambre du conseil de Mons, Stéphane Pauwels va maintenant pouvoir organiser sa défense afin d’obtenir le non-lieu qu’il espère. L’enquête sera longue et la question qui va se poser est la suivante: Stéphane Pauwels devra-t-il mettre toute sa carrière entre parenthèse pendant les années qui jalonneront son périple judiciaire?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content