Accord sur le financement de la radio numérique

©Photo News

Les partenaires de la majorité à la Région wallonne se sont mis d’accord pour amener 5,4 millions d’euros afin de lancer fin 2017 la radio digitale.

Il y a un mois le ministre en charge du numérique à la Région wallonne, Jean-Claude Marcourt (PS), déposait une note sur le financement de la radio numérique. Depuis, le partenaire cdH renâclait à avaliser le document car il favorisait trop, selon lui, les grands groupes (RTBF, RTL, NRJ-Nostalgie) au détriment des petits opérateurs.

Le dossier s’est débloqué ce matin et un accord est intervenu au sein du Gouvernement wallon. Comme annoncé dans ces colonnes il y a quatre semaines, le gouvernement va débloquer 5,4 millions pour lancer le projet. C'est avec sa casquette de ministre wallon en charge du Numérique que Jean-Claude Marcourt va intervenir. La Région wallonne va en effet injecter 3 millions d'euros, sous forme de subsides, dans la société Feri.

©Kick Smeets/Hollandse Hoogte

Cette société, dont elle est l'actionnaire majoritaire (la RTBF en détenant 33,33%) est un véhicule immobilier créé pour financer les nouvelles infrastructures de la RTBF à Liège, Charleroi et Mons. Elle y injectera également 2,4 millions d'euros sous la forme d'augmentation de capital, soit un total de 5,4 millions d'euros. Le reste devrait venir de la RTBF, qui sera l'opérateur technologique, et de la Région Bruxelloise. Mais, au total, on sera loin des 12 millions initialement envisagés.

Lancement prévu d'ici la fin 2017

©EPA

Les opérateurs devront prendre à leur charge l'exploitation et la maintenance des installations ainsi que le marketing de cette nouvelle technologie (équipement, utilisation...) étant donné qu'il faudra éduquer l'auditeur à l'usage de la radio numérique.

L'objectif est de lancer la radio numérique d'ici la fin 2017. En même temps que la Flandre et que le nouveau plan de fréquences FM, l'actuel venant à échéance à mi-2017. La FM ne s'arrêtera en effet pas du jour au lendemain. Elle sera maintenue quelques années encore, en parallèle, afin d'assurer une transition harmonieuse. Cette double diffusion explique aussi la lourdeur de la facture. Il restera au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à fixer le cadastre des fréquences et au CSA à lancer l'appel d'offres auprès des opérateurs

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés