Publicité

Affaire Jurgen Conings: Dedonder jette la pierre dans le jardin de la Défense

©Photo News

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, annonce un durcissement des procédures de contrôle à l'armée après la fuite de Jurgen Conings.

Comment est-ce qu'un militaire, fiché par les services de renseignement comme extrémiste, sanctionné pour racisme, a pu avoir accès à des armes de guerre ? Cette question est sur toutes les lèvres, et en particulier celles des députés, mais n'a pas reçu de réponse claire ce jeudi en séance plénière de la Chambre. Enquête en cours.

Jurgen Conings "aurait dû faire l'objet d'un suivi plus strict de sa hiérarchie... Il n'y a pas de place à la Défense pour les racistes et les fascistes".
Ludivine Dedonder
Ministre de la Défense (PS)

Ludivine Dedonder (PS), ministre de la Défense, a en revanche dû admettre un manquement. Jurgen Conings "aurait dû faire l'objet d'un suivi plus strict de sa hiérarchie", a-t-elle dit à la Chambre. La pierre est donc dans le camp de la Défense qui se mure derrière son silence attendant le dénouement de l'affaire. "Enquête en cours", y justifie-t-on.

Sur le gril

Mis sur le gril, notamment par la N-VA qui n'a toutefois pas envoyé au front Theo Francken, pourtant prolixe sur Twitter, Ludivine Dedonder promet d'agir. "J’étudie depuis plusieurs semaines une modification de la loi sur les habilitations de sécurité et des règles sur le screening des candidats militaires", a-t-elle annoncé. "Je souhaite pouvoir multiplier les vérifications tout au long de la carrière des militaires, mais aussi des civils. On étudiera la possibilité de lier ces screenings à l’accès aux armes et matériel dangereux." "Il n'y a pas de place à la Défense pour les racistes et les fascistes", a-t-elle aussi lancé.

Jurgen Conings a été signalé comme dangereux par les renseignements militaires en février.

Jeudi, une armada de 400 policiers et militaires étaient toujours à la recherche de Jurgen Conings (46 ans) qui se serait réfugié, lourdement armé, dans le parc national de Haute Campine, près de Genk. La frontière néerlandaise, toute proche, est surveillée tant que faire se peut.

L'ex-militaire est recherché depuis lundi après s'être emparé, dans le dépôt de Bourg-Léopold, de quatre lance-roquettes, d'un fusil mitrailleur P90, d'une douzaine de chargeurs, d'un gilet pare-balle et d'un pistolet. Les quatre lance-roquettes ont été retrouvés mardi dans sa voiture, abandonnée piégée dans les bois de Dilser (Limbourg). Le fugitif a laissé une lettre d'adieu dans laquelle il menace le régime politique et les virologues, dont le très médiatique Marc Van Ranst.

30
militaires
Sont suivi par les renseignements militaires pour extrémisme de droite ou de gauche.

Jurgen Conings a été signalé comme "potentiellement dangereux", au mois de février dernier, confirme le service de renseignement militaire (SGRS) à L'Echo. Un signalement qui a donné lieu à son fichage par l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) dans la banque de donnée commune (souvent appelée liste Ocam). Créée à la base pour répertorier les islamistes radicaux, celle-ci compte 48 extrémistes de droite et 15 extrémistes de gauche. Les renseignements militaires suivent quant à eux 30 membres de la Défense qui se radicalisent autrement que religieusement, mais refuse de dire combien d'entre eux sont fichés comme l'est Jurgen Conings.

Repéré en 2019

Ce dernier a attiré l'attention des renseignements en 2019 suite à des propos racistes tenus sur les réseaux, a retracé la ministre Dedonder. Plainte avait été déposée par la Défense, mais le dossier a été classé sans suite. Les faits ont donné lieu à une sanction légère (quatre jours de suspension). En juin 2020, Conings était transféré de la police militaire vers une fonction "de support" préalable aux missions à l'étranger. Une fonction qui donnait accès à l'armement.

Arrivée à échéance au cours de l'année 2020, l'habilitation de sécurité dont il bénéficiait lui a été retirée. Cette habilitation donne accès aux bâtiments fermés et aux informations (confidentielles, secrètes ou très secrètes, selon le type d'habilitation) de la Défense. L'Echo n'a pas pu établir si ce retrait d'habilitation devait lui fermer l'accès à l'armement stocké à Bourg-Léopold.

Entré à l'armée en 1992, Jurgen Conings a participé à de nombreux conflits (dans les Balkans et en Afghanistan notamment) avant de poursuivre sa carrière dans la police militaire.

Le résumé

  • La ministre de la Défense a subi le feu des questions de la Chambre suite à la fuite d'un militaire radicalisé.
  • Ludivine Dedonder (PS) promet de renforcer le contrôle interne à l'armée.
  • Repéré par les renseignements pour des propos racistes en 2019, il a été signalé comme dangereux en février.
  • Il figure parmi les 48 extrémistes de droite fichés par les renseignements belges.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés