Aucune étude ne démontre que l'école est source de contamination

D'après l'Aviq, les écoles ne représentent que 4,7% des clusters de contamination. L'ONE évoque 13% seulement d'élèves contaminés suite à un contact étroit au sein de l'école. ©BELGA

Entre le ressenti de la population et les données qui circulent, il y a un fossé énorme. Des écoles ferment, des élèves tombent malade, et pourtant, les chiffres montrent que les établissements ne sont pas responsables.

Les écoles ne sont pas source de contamination, c’est notamment pour cela qu’on ne les ferme pas. Cela, c’est le message martelé depuis deux semaines par les autorités fédérales et les ministres de l’Enseignement. Et pourtant, sur le terrain, on a l’impression qu'élèves et profs tombent les uns après les autres, que les contaminations y flambent.

L’Aviq pointait, la semaine dernière, l’école en deuxième place de la liste des "clusters" de contamination (lieux où plus de deux contaminations ont été signalées), derrière la famille, et devant les entreprises et restaurants. La Fapeo, qui représente environ la moitié des parents des enfants scolarisés, parle dans Le Soir des écoles comme d’un "bagne pour les élèves": port du masque insupportable, ventilation insuffisante, règles d’hygiène pas respectées.

4,7%
Selon l'Aviq, Les écoles ne représentent que 4,7% des clusters, contre 83,9% pour les familles

De quoi créer la confusion, si pas la panique, dans l’esprit des parents.  Alors, qu’en est-il exactement? L’école est-elle source de contamination, ou pas?

Que dit l'Aviq?

Prenons d’abord les données de l’Aviq. L’agence wallonne pour une vie de qualité a répertorié 5.043 clusters la semaine passée. Les écoles ne représentent que 4,7% des clusters, contre 83,9% pour les familles. Un bémol: les données sont récoltées sur base des déclarations de personnes infectées. Elles restent parcellaires. Par contre, rien ne permet d’affirmer avec certitude que la contamination a eu lieu dans ces endroits. Même si on parle normalement de cluster lorsque deux élèves au moins au sein d’une classe ont été contaminés, et qu'il y a eu des contacts rapprochés. Par qui ces deux enfants testés positifs ont-ils été contaminés? Pour le savoir, il faudrait remonter plus haut dans la chaîne du tracing.

Et du côté de l'ONE?

L’ONE (Office national de l'enfance) récolte aussi ses données. Les dernières statistiques (deuxième semaine d’octobre) y montrent que 0,19% des élèves sont contaminés, et 0,62% mis en quarantaine. Cela ne dit pas où les jeunes ont été contaminés.

Les données récoltées par l’ONE peuvent être incomplètes. Elles se basent sur les déclarations faites par les familles des enfants contaminés, ou les enfants eux-même.

L’ONE nous éclaire avec un autre indicateur: 13% des jeunes présentant un symptôme Covid ont été testé suite à un contact étroit au sein de l’école. Un niveau qui est même en baisse comparativement à la troisième semaine de cours (18% des élèves alors étaient signalé comme ayant contracté le virus à l’école).

Ici aussi, il faut préciser que les données récoltées par l’ONE peuvent être incomplètes. Elles se basent sur les déclarations faites par les familles des enfants contaminés, ou les enfants eux-même. Tout cela repose sur la bonne foi, et la bonne volonté de la population. Et, sans nécessairement vouloir cacher sa source de contamination, il est parfois très difficile de l'identifier avec certitude.

Des études européennes enfoncent le clou

Au-delà des mesures faites en Belgique, plusieurs études, menées dans d’autres pays en Europe, ont démontré que l’école jouait un rôle limité dans la propagation du virus, rapporte par exemple le "Financial Times". En Allemagne, une étude a même montré que le nombre de cas a diminué dans les états où les établissements ont rouvert… En Irlande, le gouvernement a décidé d’un nouveau confinement, sauf … dans les écoles, estimant là aussi qu’elles ne sont pas source de contamination. Enfin, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a lui aussi conclu qu’il y a peu traces de transmission du virus au sein des écoles.

Dans un but purement sanitaire, inutile, donc, de les fermer. CQFD.

Tout savoir sur le coronavirus

Pour tout savoir sur l'évolution de la situation sanitaire et ses conséquences économiques et sociales; lire les dernières news, les décryptages et opinions, rendez-vous dans notre dossier "Coronavirus".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés