Avis favorable de la commission de concertation pour la prison de Haren

©Cafasso

C’est sans doute un des projets immobiliers bruxellois les plus controversés et médiatisés de ces dix dernières années.

Et pourtant, l’avis transmis tout récemment par la commission de concertation de la Ville de Bruxelles semble être passé sous les radars, suite à la dernière réunion tenue le 3 décembre dernier.

Celle-ci devait se prononcer, au terme de l’enquête publique clôturée le 7 novembre dernier, sur la délivrance ou non d’un permis d’urbanisme au consortium privé Cafasso, désigné au terme d’un appel à marché public lancé par la Régie des bâtiments pour la construction d’un nouveau complexe pénitentiaire à Haren. Permis d’urbanisme modificatif puisqu’un premier permis, sujet à de multiples recours auprès du Conseil d’État et objet d’un avis négatif de l’Auditeur en ce début d’année, avait été délivré il y a juste 3 ans.

Au terme de 8 pages de motivations, la Commission de concertation émet un avis largement favorable. Les seules réserves émises concernent l’engagement de la part des maîtres d’ouvrage de fournir un passage public sur terrain privé et de mettre à disposition de la Ville et de la Région, à titre définitif, une voirie – réalisée à leurs frais – reliant le site au boulevard de la Woluwe. Le déplacement du sentier du Keelbeek et l’aménagement d’une placette à l’entrée de la prison, rendue elle aussi à la Ville, sont également des conditions explicites pour la délivrance du futur permis, qui devrait sans doute encore tomber avant Noël.

Le consortium privé désigné pour concevoir, financer, construire et entretenir le complexe pénitentiaire durant 25 ans (au moins) et réunissant notamment l’australien Macquarie, l’espagnol FCC Construcción et le belge Denys ronge son frein depuis plus de 7 ans déjà.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n