Publicité
interview

Axel Kahn, géniticien: "L’idée de laisser circuler le virus pour éviter un effondrement économique est absurde"

Selon le généticien Axel Kahn, "on ne peut pas jouer l’économie contre la santé". ©Antonin Weber / Hans Lucas

Le médecin et généticien Axel Kahn, président de la Ligue nationale contre le cancer, sort un nouvel ouvrage* dans lequel il revient, entre autres, sur la crise sanitaire et ses conséquences.

En tant que médecin, qu'avez-vous pensé des propos du philosophe André Comte-Sponville qui a évoqué un "nihilisme sanitaire" et un "panmédicalisme"?

André Comte-Sponville fait un contre sens profond, selon moi. Il oublie les deux composantes fondamentales de la liberté : individuelle et collective. La liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Mettre en place des mesures sanitaires pour ne pas infecter autrui, c’est ce qui permet d’assurer la liberté collective. Si je suis contagieux et que je ne porte pas de masque, je nuis gravement à votre liberté individuelle. Il faut prendre en compte la liberté individuelle, mais aussi l’appréhension collective de la liberté individuelle.

De son côté, le libéralisme économique s'est notamment incarné à travers les firmes pharmaceutiques et la course aux vaccins. Le vaccin devrait-il être un bien commun, selon vous?

Le bien commun dans le domaine du vaccin aurait été de mettre en place une gestion mondiale de la fabrication et de la distribution. Actuellement, il n'y a pas le début de la mise en œuvre d’une politique de cet ordre. La liberté d’entreprendre, qui est extrêmement importante, l’a totalement emporté sur l'optimisation du bien commun. 

"On ne peut pas jouer l’économie contre la santé."
Axel Kahn
Médecin et généticien

Certains pointent les conséquences économiques désastreuses de cette crise, l’impact à plus long terme sur la santé et sur la vie des gens. Était-il possible d'imaginer un autre arbitrage entre l'économie et la santé?

Pour que l’économie reprenne, il faut baisser la circulation virale. Il n’ y a pas d’autres moyens. L’idée selon laquelle il faudrait laisser circuler le virus pour éviter un effondrement économique est absurde. Quand on tolère une circulation virale élevée, il y a toujours un effondrement économique.

Actuellement, l’effondrement économique est plus considérable en Suède qu’au Danemark ou en Norvège. Le Brésil est quasiment en faillite, alors même qu’on a voulu, pour préserver l’économie, essayer de prendre moins de mesures. On ne peut pas jouer l’économie contre la santé. La santé du plus grand nombre et la lutte contre le virus ont partie liée avec la reprise économique.

"L’avantage de la démocratie et du consensus pour lutter contre cette pandémie n’est pas apparu de manière évidente."

D’un point de vue politique, on a parfois l’impression que ce sont les pays les moins démocratiques qui ont été les plus efficaces dans la gestion de la crise…

C’est en effet l’une des conséquences terribles de cette crise. L’un des pays qui a le mieux géré la situation sanitaire, qui en est sorti le plus rapidement et qui a accru encore sa domination économique et technologique, c’est la Chine. Les pays qui se sont bien débrouillés, comme Singapour ou le Vietnam, ne sont pas non plus de grandes démocraties.

De ce point de vue là, l’avantage de la démocratie et du consensus pour lutter contre cette pandémie n’est pas apparu de manière évidente. De même, l’idéal de la construction européenne ne sort pas grandi de la gestion de cette crise. In fine, le bilan n'est pas flatteur. Il valait mieux pour les peuples être dissident, comme les Anglais ou les Hongrois, qui se sont affranchis des règles européennes.

Et la science, vit-elle aussi en quelque sorte une crise? Cette pandémie a-t-elle mis en lumière une crise générale des sachants, confrontés au complotisme notamment?

Le complotisme était antérieur, et il n’a pas progressé avec cette crise. Il s’est simplement cristallisé sur la situation. On le voit très bien avec l’adhésion à la vaccination. Elle est très large: 70% des personnes sont pro-vaccins.

L’image de la science et des sachants a décliné aux yeux du public à partir d’un contresens. Nous étions dans une situation où l'on ne savait rien au sujet de cette maladie; et en même temps, il existe des chaines d’informations en continu qui fournissent aux téléspectateurs des renseignements au sujet du virus.

Comme on ne sait rien, chacun arrive avec son intuition: l'épidémiologiste, l'infectiologue ou le réanimateur. Ce sont des métiers très différents. Pour l’opinion publique, la science se dit d’une seule voix. En réalité, chacun vient avec son idée personnelle. C’est un processus tout à fait normal en science lorsqu'on part de zéro connaissance. Mais ça a été très perturbant pour le grand public.

De manière générale, les experts ont-ils pris trop de place? Le politique s’est-il parfois caché derrière eux?

En France, c’est l’inverse aujourd’hui: on assiste à une disqualification politique des experts. Pour l’essentiel, toutes les dernières décisions de Macron ont été prises en fonction de son intuition politique et sanitaire.

Dans un monde normal, c’est au politique de prendre les décisions. Pour que cette décision soit sage, il s'entoure d'expertises plurielles. Mais l’expert n’est jamais un décideur. Le politique doit enrichir sa connaissance afin de construire son avis. Cela ne s'est pas vraiment produit durant cette crise: les politiques se sont parfois référés à l'excès à l’expertise. À certains moments, ils se sont défaussés de leur responsabilité.

Certaines décisions auraient dû être strictement politiques. D'un autre côté, un président qui considère qu'il n’a plus besoin d’experts représente une véritable anomalie de la démocratie moderne...

"Nous entrons dans monde où le domaine de la vie privée n’existera plus, si ce n’est peut être sur une île déserte."

"Pour l’essentiel, le domaine étanche de la vie privée est une conception qui appartient au passé. Lorsque les données de santé seront toutes informatisées et enrichies en temps réel, la question de leur confidentialité tendra à devenir insoluble", écrivez-vous. Il s'agit là d'une dérive de surveillance inévitable en matière de santé, selon vous?

La médecine va être complètement bouleversée par l’intelligence artificielle. Le scandale du Lancet, c'est quoi? Une boîte privée qui a été piquer des données de santé un peu partout. Aujourd'hui en cryptologie, on peut produire des clés de sécurité très puissantes. Mais aucune clé de sécurité ne pourra résister à une tentative de cassure par le numérique quantique. Nous entrons dans un monde où le domaine de la vie privée n’existera plus, si ce n’est peut-être sur une île déserte...

Êtes-vous en faveur du passeport vaccinal?

Pour voyager à l’étranger, cela me semble normal, sur le modèle des anciens carnets de vaccination. Ce qui est plus problématique, c’est d’utiliser le passeport vaccinal pour accéder à des évènements sociaux. Ce serait là une procédure discriminatoire, puisque des gens qui ont été vaccinés pourraient y accéder tandis que d’autres, qui ne sont pas vaccinés, mais qui désirent l’être, ne pourront pas.

"L’hôpital ne peut pas être le seul élément du système de santé d’un pays."

L’hôpital est en mauvais état. Durant cette pandémie, on n’a eu de cesse de le rappeler en évoquant sa nécessaire revalorisation. Mais très concrètement, cela signifie quoi?

Une revalorisation de l’hôpital est insuffisante. Tout le système de santé doit être revu. À l'heure actuelle, 70% des personnes vont aux urgences parce qu'elles ont besoin d'un avis médical. Les urgences hospitalières ne peuvent pas accueillir 70% des besoins non programmés.

Il faut renforcer l’hôpital, mais aussi redynamiser la médecine de ville. Toute personne devrait pouvoir avoir accès à un contact physique avec un humain et à un avis médical autorisé. Il faut trouver le moyen de reformer les médecins en repensant le système de santé dans sa globalité. L’hôpital ne peut pas être le seul élément du système de santé d’un pays.

*Et le bien dans tout ça, Axel Kahn, Stock, 460 p., 20,50 €

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés