"C'est la mort de tous les transporteurs belges"

©Antonin Marsac / MFN

Les conducteurs de poids-lourds s'indignent contre la taxe kilométrique. Le gouvernement wallon promet des mesures d'accompagnement.

C'est un surcout extrêmement important pour les entreprises de transports belges
Michaël Reul
Secrétaire général de l'UPTR

"C’est la mort de tous les transporteurs belges, et les prix vont flamber un peu partout", nous dit un camionneur ce matin, à propos de la taxe kilométrique qui doit entrer en vigueur en avril 2016, avant d'ajouter "pour une fois que les ouvriers sont solidaires des patrons!"

Le ministre wallon du Budget Christophe Lacroix (PS) a dit, jeudi, "comprendre le mécontentement et la colère" des transporteurs, qui ont manifesté dans les rues du centre de Bruxelles contre la taxe kilométrique. Il s'est engagé à ce que le gouvernement wallon prévoie des mesures d'accompagnement, à savoir:

• Réduire au maximum la taxe de circulation pour les poids lourds,

• Proposer des aides économiques pour le secteur du transport, notamment en termes de renouvellement des flottes de camion -qui devront être moins polluants-,

• Offrir des chèques-formation pour les employeurs qui doivent former les chauffeurs.

"Dire que cette mesure n'aura pas d'impact sur le consommateur au final est un mensonge. Il y en aura un mais il sera bien plus léger que l'on ne l'imagine."
Christophe Lacroix
Ministre wallon du budget

Au niveau fédéral, des mesures pourraient être envisagées, explique Jean-Luc Crucke. Il parle par exemple de l'exonération de l'ONSS sur les heures non productives, c'est-à-dire les temps d'attente des chauffeurs avant, pendant et/ou après une opération de chargement et de déchargement. Le dossier est actuellement à l'étude.

Michaël Reul, secrétaire général de l'UPTR, l'affirme: "la taxe va générer des pertes d’emplois, des faillites d’entreprise et générer un surcoût du transport".

Pour l'Union des Classes Moyennes (UCM), "il est impensable que cette taxe entre en vigueur avant que les mesures d'accompagnement promises soient clairement définies". Taxe qui, selon l'UCM, ne fera que reporter les coût sur les consommateurs en plus de fragiliser le secteur routier.

Le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts a promis de travailler à des mesures d'accompagnement complémentaires à l'issue d'une réunion avec le ministre-président flamand Geert Bourgeois et les représentants du secteur du transport belge que sont la Febetra, l'UPTR et Transport & Logistiek Vlaanderen. Sur la table, on trouve :

• Une suppression de l'eurovignette

• Une suppression de quelques taxes de circulation

• Une baisse du coût salarial

Le gouvernement flamand et le secteur devraient s'entretenir dans les prochains jours afin de concrétiser ces mesures.

Le parcours des camions 

Tous les professionnels du secteur du transport routier rejettent la taxe avec véhémence. Ils ont donc décidé de bloquer le centre de Bruxelles ce jeudi, avec le soutien des trois fédérations professionnelles (UPTR, Febetra et Transport & Logistiek Vlaanderen).

©mediafin

©Antonin Marsac
©Antonin Marsac
©Antonin Marsac
©Antonin Marsac
©Antonin Marsac

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés