Cefaly élargit son traitement aux migraineux en crise

©a

Une étude clinique multicentre réalisée par trois universités américaines indique que 35% des patients traités avec le Cefaly n’ont plus mal à la tête après une heure de traitement. La PME liégeoise a introduit une demande à la FDA pour commercialiser sa nouvelle application.

"Les conclusions de l’étude que nous venons de réaliser démontrent qu’il peut être utilisé à titre abortif, c’est-à-dire pour le traitement de crises aiguës de migraine."
Pierre Rigaux
fondateur et CEO de Cefaly Technology

Bonne nouvelle pour le Cefaly, le diadème inventé par la PME liégeoise éponyme, qui permet de traiter les migraines sévères par neurostimulation électrique. Elle vient des Etats-Unis. Selon nos informations, une étude clinique réalisée dans trois grandes universités américaines conclut à l’efficacité du traitement pour les patients en crise. "Le Cefaly est actuellement utilisé à titre préventif. Les conclusions de l’étude que nous venons de réaliser démontrent qu’il peut être utilisé à titre abortif, c’est-à-dire pour le traitement de crises aiguës de migraine. C’est une nouvelle application qui élargit le domaine d’utilisation du produit. Nous venons d’ailleurs d’introduire une demande à la Food and Drug Administration", nous a confirmé Pierre Rigaux, fondateur et CEO de Cefaly Technology.

Disponible dans un an

"Après une heure de traitement, 35% des patients n’ont plus mal à la tête."
pierre rigaux
ceo de cefaly technology

L’étude a été réalisée par les universités de Columbia, de Yale et le centre de neurologie du Kansas. Par souci d’efficacité, la PME liégeoise a pris des critères plus exigeants que ceux habituellement requis. Elle a été réalisée sur 106 patients (alors qu’il en fallait 90 au minimum) pour garantir une puissance statistique suffisante. Par ailleurs, elle a été réalisée par des médecins. "Ces précautions garantissent une plus grande fiabilité des données et des résultats et on peut dire qu’ils sont excellents. Après une heure de traitement, 35% des patients affirment qu’ils n’ont plus de douleur alors que ces effets ne sont généralement enregistrés qu’après plus de 2 heures et uniquement chez 15 à 20% des patients", observe Pierre Rigaux. La mise sur le marché de la nouvelle application est attendue dans un délai de 6 mois à un an. Une autre enquête a révélé que l’utilisation du Cefaly réduit la consommation de médicaments.

Le dispositif Cefaly. ©DOC

La nouvelle application ouvre de nouveaux horizons pour la commercialisation du Cefaly. En effet, le traitement préventif concerne environ 1,5% de la population soufrant de migraine chronique, alors qu’avec le traitement abortif, le marché est des dix fois plus grand, soit 15% de la population.

Après les USA, où l’achat du Cefaly est remboursé pour les vétérans de guerre et par quelques assurances, la PME liégeoise compte l’introduire pour les produits distribués en Europe. Il s’agira d’une nouvelle génération avec de nouveaux paramètres.

L’an dernier, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 5 millions et un bénéfice de 1,2 million. Elle ambitionne d’afficher un chiffre d’affaires de plus de 7 millions cette année. "Nous enregistrons déjà pour les 4 premiers mois de 2017 une augmentation du chiffre d’affaires de 40% par rapport à 2016", sourit l’administrateur délégué. L’entreprise qui occupe environ 20 travailleurs devrait clôturer l’année avec un effectif d’une trentaine de collaborateurs. Elle cherche des bio-ingénieurs. Elle déménagera le 23 juin dans un nouveau bâtiment au Sart-Tilman où elle peut accueillir une cinquantaine de travailleurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés