Cet été, la Côte surveillera les touristes

Cet été, les communes de la côte pourront surveiller l'affluence et la distanciation sociale via un réseau de caméras. ©BELGA

Un réseau de caméras intelligentes cartographiera les endroits très fréquentés.

Les communes de la côte belge ont préparé un plan destiné à garder sous contrôle l’afflux de touristes attendu cet été. Un réseau de caméras intelligentes installées sur la digue de mer et dans les centres-villes cartographiera les endroits très fréquentés. Ces données doivent aider les pouvoirs publics à répartir les touristes le mieux possible pour lutter contre le coronavirus.

D’après nos sources, la société provinciale de Flandre-Occidentale Westtoer a signé un contrat avec l’entreprise technologique gantoise Citymesh. Cette information a été confirmée par Sabien Lahaye-Batthey, député provincial pour le Tourisme et président de Westtoer. D’autres "comptages" devraient être organisés sur les plages, mais de ce côté-là, rien n’a encore été décidé.

Une "carte de densité"

Les caméras intelligentes seront équipées de logiciels capables de tracer des lignes virtuelles sur les images captées. Lorsque des personnes traversent ces lignes, le logiciel les reconnaît et les compte. Les données sur le nombre de personnes présentes dans les différentes zones seront compilées par le logiciel et transférées sur une "carte de densité" pour l’ensemble de la Côte.

Grâce à cette carte, le gouverneur de Flandre-Occidentale Carl Decaluwé (CD&V) souhaite maintenir la règle de distanciation sociale de 1,5 mètre. "Les jours de grande affluence, la Côte accueille entre 750.000 et 900.000 visiteurs. La distanciation sociale n’est pas évidente dans ces circonstances. Les stations balnéaires doivent disposer d’un plan pour la plage, la digue et la circulation."

"En cas de forte affluence, nous pourrons rediriger les touristes vers d’autres communes."
Carl Decaluwé
Gouverneur de Flandre Occidentale (CD&V)

Pour ces plans, il est essentiel d’être capable de contrôler le nombre de personnes présentes. La police fédérale, le Vlaams Verkeerscentrum et la SNCB pourraient également profiter de ces informations, explique Decaluwé. "En cas de forte affluence, nous pourrons envoyer les touristes vers d’autres zones ou les renvoyer à l’intérieur du pays, ou encore les inciter à prendre leur voiture plutôt que le train. "

Avec cette technologie, la côte belge emboîte le pas à des villes comme Anvers et Roulers, qui utilisent déjà des caméras intelligentes pour gérer le nombre de visiteurs présents dans les rues commerçantes. Fin mai, un projet pilote a été lancé sur le Meir (Anvers) avec des caméras mobiles de Securitas et le logiciel de la firme gantoise Robovision.

Aux communes de décider

Le contrat est en fait un accord-cadre. Les communes de la Côte peuvent décider elles-mêmes d’y adhérer ou non. Le réseau de caméras intelligentes doit être prêt fin juin. Citymesh confirme que le délai pourra être respecté, car de nombreuses stations balnéaires disposent déjà d’un wifi public.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés